Bourse : le CAC 40 recule, Nokia et GTT s’enfoncent


La Bourse de Paris subit le nouveau ralentissement de l'industrie manufacturière en Chine, tandis qu'elle stagne en Europe. Le CAC 40 lâche ainsi 0,56% pour clôturer la séance du 1er février 2016 à 4.392,33 points. Nokia et GTT dévissent, alors que Sartorius et Vallourec s'affichent en tête du SBF 120.

Le CAC 40 entame le mois de février dans le rouge

La valeur du 1er février 2016 : Nokia

L’équipementier télécom finlandais a obtenu un arbitrage en sa faveur au sujet d’un contentieux lié à l’utilisation d’une partie de ses licences par Samsung Electronics, selon Reuters. L’accord signé avec son concurrent sud-coréen doit permettre à sa division brevets d’atteindre 800 millions d’euros de revenus annualisés.

Mais les investisseurs sont déçus par les modalités du règlement de ce différend et les analystes financiers s’attendaient à un chiffre d’affaires de 900 millions d’euros pour cette division. Nokia, qui a fait l’acquisition du franco-américain Alcatel-Lucent l’an passé, voit son action dévisser de 11,23%, à 5,86 euros, pour terminer lanterne rouge du CAC 40.

Renault inaugure sa première usine en Chine

Le constructeur automobile a inauguré avec son partenaire Dongfeng sa première usine en Chine, d’une capacité de 150.000 unités par an, située à Wuhan, la capitale de la province de Hubei. L’ajout d’une deuxième ligne de production d’ici 2020 pourrait doubler la capacité initiale du site. La marque au losange espère, à terme, atteindre une part de marché d’au moins 3% dans le pays. Le titre progresse de 0,91%, à 78,64 euros.

Vallourec : augmentation de capital et nouvelles suppressions d’emplois

Le fabricant de tubes sans soudure a annoncé un vaste plan de restructuration dans le cadre duquel il va procéder à une augmentation de capital d’un milliard d’euros, souscrite au moins pour moitié par l’Etat français et le producteur d’acier japonais NSSMC. La direction entend réduire les capacités de production de 50% en Europe d’ici à 2017, par rapport au niveau de 2014, et compte supprimer 1.000 emplois de plus que prévu.

Grâce à ce plan, Vallourec vise une amélioration de 750 millions d’euros de son résultat brut d’exploitation en 2020. Le titre bondit de 7,68%, à 4,36 euros, et s’adjuge la deuxième place de l’indice SBF 120.

Sartorius : des résultats annuels en progression

Le fournisseur d’équipements pharmaceutiques a enregistré 884,3 millions d’euros de ventes en 2015, en hausse de 19,4% à taux de change constants. La biotech a également amélioré sa marge d’excédent brut d’exploitation (Ebitda), à 26,2% contre 23,5% en 2014. La direction prévoit une croissance de 12 à 16% du chiffre d’affaires en 2016 et des revenus atteignant 1,5 à 1,6 milliard d’euros en 2020, pour une marge d’Ebitda d’environ 29 à 30%. Le cours de Bourse décolle de 10,32%, à 371 euros, et Sartorius Stedim caracole en tête du SBF 120.

GTT : enquête sur ses pratiques commerciales en Corée du Sud

L’ingénieriste français, spécialisé dans le transport maritime du gaz naturel liquéfié, fait l’objet d’une enquête en Corée du Sud concernant ses pratiques commerciales avec ses clients dans les chantiers navals du pays. Ces derniers représentent la grande majorité de son carnet de commandes. La valeur s’enfonce de 23,56%, à 26,35 euros, pour finir dernière du SBF 120.