Bourse : le CAC 40 secoué par le séisme au Japon


Après avoir perdu 1,29% lundi, l'indice phare de la Bourse de Paris a cédé 2,51% à 3780,85 points mardi. En réaction au tremblement de terre japonais, l'ensemble des places boursières recule.

Une catastrophe au Japon, troisième économie mondiale, a des conséquences sur le reste de la planète. Ainsi le séisme, puis le tsunami et l’accident nucléaire survenus ces derniers jours dans l’archipel nippon inquiètent les différentes places financières mondiales. Paris n’échappe pas à la règle. Le CAC 40 a perdu 2,51% à 3780,85 points aujourd’hui. Revue de détails des principaux secteurs touchés.

L’assurance. « La catastrophe va avoir un coût gigantesque pour les compagnies de réassurance » estime le conseiller en gestion de patrimoine indépendant (CGPI) Christophe Descamps. Résultat : l’action d’Axa a chuté de 3,04% à 13,7 euro.

L’automobile. La place de l’automobile est primordiale au Japon : le pays est le deuxième constructeur mondial. Or aujourd’hui, la production est stoppée. « Toutes les usines Nissan sont à l’arrêt » a expliqué le président de Renault (qui détient 43,4% du groupe japonais) Carlos Ghosn. « Le Japon fabrique des composants pour les secteurs de l’automobile, de l’aéronautique et de la chimie entre autres. Ces produits sont ensuite assemblés dans d’autres pays » explique Waldemar Brun-Theremin, gérant de fonds et spécialiste des valeurs asiatiques chez Turgot Asset Management. A la Bourse de Paris, le secteur chute : Renault perd 1,64% à 37,55 euros, Peugeot -2,69% à 26 565 euros, et Michelin -1,45% à 58,62 euros.

Le luxe. Les tourismes japonais qui font la queue dans les grands magasins parisiens pour acheter des sacs et des parfums. Ce n’est pas qu’un cliché : Louis Vuitton (LVMH) réalise 20% de son chiffre d’affaires au pays du soleil levant. Mais face à ce tremblement de terre, « toute la consommation de bien-être va passer au second plan » au Japon estime Christophe Descamps. Résultats : le titre LVMH recule aujourd’hui de (-2,2% à 104,25 euros euros, L’Oréal de 2,43% à 78,72 euros.

Le nucléaire. Le secteur de l’énergie pâtit fortement des accidents survenus dans la centrale nucléaire de Fukushima. Après avoir perdu 9,61% lundi, l’action Areva a perdu 8,56% à 28,805 euros aujourd’hui. EDF cède -4,40% à 34,91 euros. « Les fondamentaux du secteur restent bon, l’impact est plus psychologique » estime Waldemar Brun-Theremin. « Nous parlons du Japon, pays réputé pour la modernité et la sécurité de ses installations. Cette catastrophe va affecter l’ensemble du secteur du nucléaire dans le monde » nuance Christophe Descamps.

Les énergies renouvelables. A l’inverse, le secteur des énergies renouvelables profite des doutes sur l’énergie nucléaire. Ainsi, le cours du spécialiste des centrales éoliennes Theolia a bondi de 14,17% à 1,37 euro aujourd’hui. Même constant pour EDF Energies Nouvelles qui gagne 4,4% à 34,91 euros.