Bourse : Total poursuit Sonatrach et l’Algérie en justice


Le « Brexit » met encore à mal les valeurs les plus exposées au Royaume-Uni à la Bourse de Paris. Le secteur automobile s'inscrit ainsi en net repli, Renault reculant notamment de 3,56%. Le CAC 40 repart dans le rouge et lâche 0,91%, à 4.234,86 points. Total espère de son côté obtenir une indemnisation de la part de l'Algérie.

Le CAC 40 repart dans le rouge

La valeur du 4 juillet 2016 : Total

Le pétrolier a lancé en mai 2016 une procédure d’arbitrage auprès de la Cour internationale de Genève contre l’Algérie et sa compagnie d’Etat, Sonatrach. La société française conteste la façon dont le pays a modifié le partage des bénéfices tirés du pétrole et du gaz au milieu des années 2000, en instaurant une « taxe sur les profits exceptionnels en 2006 », explique Le Monde. Total et son partenaire espagnol Repsol espèrent obtenir un dédommagement de plusieurs centaines de millions d’euros.

Par ailleurs, le PDG du groupe, Patrick Pouyanné, a déclaré se poser la question d’investir en France après un mois de grèves des salariés dans la pétrochimie et les raffineries pour protester contre la réforme du Code du travail. Le cours de l’action cède 0,86%, à 43,38 euros.

Air France : l’Intersyndicale PNC rejette le nouvel accord collectif

L’Intersyndicale des personnels navigants commerciaux (PNC), représentant les hôtesses et les stewards de la compagnie aérienne, a rejeté l’accord proposé par la direction prévoyant une reconduction de 17 mois de leur convention collective. « Nous refusons de reculer pour mieux nous faire laminer dans 17 mois », a-t-elle indiqué, en maintenant le préavis de grève du 27 juillet au 2 août 2016.

Depuis mi-avril, l’Intersyndicale PNC tente de renégocier l’accord d’entreprise, notamment en termes de rémunération. Le titre du transporteur franco-néerlandais Air France-KLM abandonne 2,27%, à 5,81 euros.

EDF confirme la poursuite du projet Hinkley Point après le « Brexit »

L’électricien tricolore a confirmé que le « Brexit » ne remettait pas en cause le projet de construction de deux réacteurs nucléaires de type EPR à Hinkley Point, au sud du Royaume-Uni, à l’issue d’une réunion de son comité central d’entreprise (CCE). Les représentants du personnel de l’opérateur public ont décidé de ne pas émettre d’avis sur ce projet controversé, dont le coût est estimé à 18 milliards de livres, soit environ 21,7 milliards d’euros. La valeur s’adjuge 0,67, à 11,25 euros.

Areva cède Canberra à Mirion

Le spécialiste du nucléaire a réalisé la cession de l’intégralité du capital de Canberra à l’industriel Mirion Technologies. Cette filiale, qui compte environ 1.000 salariés, fabrique des instruments de détection et de mesure de la radioactivité. Le montant de la transaction n’a pas été communiqué. Le cours de Bourse bondit de 4,76%, à 3,59 euros.

Gemalto remporte un contrat pour moderniser le registre électoral de la RDC

L’expert en sécurité informatique a été choisi par la République démocratique du Congo (RDC) pour la livraison de quelque 22.000 kits portables d’enregistrement biométrique des électeurs, dans le cadre de la modernisation du registre électoral national.

« Les stations mobiles d’enrôlement Coesys de Gemalto permettront aux 18.000 centres d’inscription de saisir rapidement portraits numériques, empreintes digitales et signature des citoyens […] en vue des prochaines élections nationales », indique l’entreprise néerlandaise dans un communiqué. Le cours de l’action lâche 1,20%, à 55,20 euros.

Le point sur le marché avec notre partenaire IG