Business angel : « Un soutien financier et stratégique des start-up »

Partagez

INTERVIEW – Quel est le rôle d'un business angel ? Dans quelles entreprises effectue-t-il ses investissements ? De quelle manière ? Quelles différences avec le crowdfunding ? Les réponses de Benjamin Bréhin, délégué général de France Angels.

Benjamin Bréhin, délégué général de France Angels

 

Toutsurmesfinances.com : Qu'est-ce qu'un business angel ?

Benjamin Bréhin, délégué général de France Angels : Un business angel ou BA est un individu qui va investir une partie de son patrimoine liquide et disponible dans le capital d'entreprises à fort potentiel de croissance. Les business angels investissent toujours de façon minoritaire. En plus de cet investissement financier, le BA va s'investir personnellement aux côtés de l'entreprise en lui mettant à disposition ses expertises et son réseau relationnel. Cet accompagnement n'est pas opérationnel, le BA n'intervient pas dans la conduite de la société au quotidien. Il s'agit d'aider le chef d'entreprise à prendre de la hauteur, à définir la stratégie, alors que seul, il a souvent tendance à garder la tête dans le guidon.

Consacrer un peu de son temps est-il une condition sine qua non ?

Être un business angel implique de réserver une part de son temps à l'accompagnement des entrepreneurs, mais ce soutien peut s'effectuer en coordination avec d'autres BA au travers de structures organisées que sont les réseaux de business angels. On en compte près de 80 sur toute la France. Il en existe de plusieurs types : soit géographiques, à l'échelle d'une ville, d'un département ou d'une région, soit sectoriels dans les secteurs de la santé, du digital, du développement durable ou même de la filière bois. Ils peuvent aussi regrouper des anciens de grandes écoles : grandes universités, écoles d'ingénieurs, écoles de commerce. Ceci dit, un BA attaché à son indépendance peut investir sans être attaché à tel ou tel réseau.

« Accompagnement du Business angel pendant 5 à 6 ans »

Comment fonctionne un réseau de business angels ?

Le réseau permet d'appliquer une démarche d'investissement structurée. L'analyse des dossiers dans lesquels le BA va potentiellement investir s'effectue à plusieurs. Les business angels partagent ainsi leurs expertises et leurs expériences pour valider ou pas l'intérêt du projet. Autre avantage, la mutualisation de l'épargne disponible que chacun peut investir. Les entreprises à fort potentiel impliquent d'importants besoins de financement pour l'atteinte de leurs objectifs. Les montants recherchés sont parfois tels qu'une personne seule n'a pas forcément la capacité d'y répondre. Enfin, le réseau permet d'organiser l'accompagnement de l'entreprise par la désignation de deux ou trois référents qui font l'interface pour le compte de tous les autres BA qui ont investi. Il est parfaitement possible de rester en retrait sur certains dossiers.

Qu'est-ce qui différencie un réseau de business angels d'un club d'investissement ?

Le club d'investissement s'intéresse aux sociétés cotées alors que la vocation des business angels est d'investir dans le non coté, au capital de start-up. Les PME financées sont en phase de démarrage, elles ont généralement entre 0 et 3 ans. Le rôle des BA est d'accompagner le décollage de ces entreprises, de la mise sur le marché jusqu'à la phase de développement, pendant 5 à 6 ans en moyenne. Dans le secteur médical, cette durée peut être plus longue en raison du cycle de développement des produits. Dans le numérique, comptez plutôt 3 à 5 ans.

Qui peut devenir BA ?

Une personne capable d'investir de 10.000 à 50.000 euros par dossier, à raison d'un à deux investissements par an. Pour minimiser le risque, il est conseillé de se constituer un portefeuille assez diversifié et de ne pas investir plus de 5% de son patrimoine financier. Mais plus que l'investissement financier, la motivation première est de participer à une aventure entrepreneuriale et au développement de jeunes entreprises.

« Business angels et crowdfunding sont complémentaires »

Avec la facilité d'usage qu'il procure, le financement participatif ou crowdfunding est-il de nature à ringardiser les business angels ?

Je ne crois pas. Les deux approches ne sont pas comparables, mais complémentaires. Le crowdfunding vise le grand public et ne nécessite pas autant de capitaux qu'un business angel, qui intervient en cercle restreint. Et il doit pouvoir mobiliser parfois jusqu'à plusieurs dizaines de milliers d'euros sur un seul projet. Les plateformes de financement participatif n'investissent pas forcément sur les mêmes dossiers : le marché et le modèle économique des start-up sélectionnées doivent être facilement compris du public, d'où une connotation BtoC alors qu'en règle générale, les business angels investissent souvent sur des entreprises intervenant sur des marchés BtoB. Parfois, il arrive que les plateformes de crowdfunding complètent le tour de table d'une start-up financée par des BA. Une plateforme, Sowefund, s'inscrit dans cette démarche de co-investissement avec des business angels, des fonds de capital-risque ou des family office.

Quel est le poids des business angels dans le financement des start-up ?

En 2015, près de 42M€ ont été investis par les membres de réseaux de business angels dans plus de 380 entreprises. Les BA permettent chaque année le maintien ou la création de 3.000 emplois. Ils entraînent d'autres financeurs institutionnels venant apporter jusqu'à 3 fois leur mise et ainsi renforcer le financement de ces jeunes pousses.

Toutsurmesfinances.com est partenaire de l'édition 2016 de la semaine des Business Angels, qui se déroule du 28 novembre au 2 décembre dans toute la France. Programme des événements ici : www.semaineba.com. A noter également, la dernière étape du France Angels Tour le 15 novembre à Paris, de 18h00 à 20h30. Le principe ? Sensibiliser des personnes intéressées par l’investissement dans les PME innovantes non cotées. Programme et inscription : cliquer ici


 

Réseaux Sociaux