Carmignac Gestion : conviction maintenue sur les pays émergents


Carmignac Gestion, société de gestion française, est revenue sur un début d'année 2012 très positif pour les marchés financiers, expliquant au passage dans sa lettre mensuelle sa stratégie en matière de fonds.

placement, bourse,

La société de gestion dirigée par Edouard Carmignac affirme avoir pris « acte de l’ouverture » des « vannes monétaires » appréciant fortement la double opération de refinancement de la Banque Centrale Européenne (BCE), les injections de liquidités par les Banques du Japon et d’Angleterre, ou encore la politique toujours très accommodante de la Fed. Elle n’a également pas manqué de relever le « début de relaxation monétaire dans les pays émergents ».

Suite à ces changements, Carmignac Gestion a relevé les taux d’exposition dans la plupart de ses fonds en début d’année à des niveaux proches de leur maximum. La société précise néanmoins qu’elle « garde bien de perdre de vue l’évolution des risques et des réalités économiques, paramètres que l’abondance de liquidités ne saurait compenser qu’à court terme ».

Le Brésil, un pilotage économique pertinent

Du côté des pays émergents, selon elle, le rebond des marchés actions semble reposer sur des fondements économiques bien plus solides qu’en Europe. Ainsi, la société a continué d’y renforcer ses positions dans l’ensemble de ses gestions actions, y compris à travers des entreprises exportatrices américaines et européennes.

« Alors que la décrue inflationniste est enclenchée et que le rythme de croissance du crédit s’est ralenti, l’expansion économique qui avait brutalement accéléré en 2009-2010 suite aux plans de relance, parfois excessifs, de 2008 va pouvoir retrouver des niveaux de long terme », présage Carmignac Gestion pour les pays émergents.

La société n’hésite pas à prendre en exemple le Brésil. « Le pilotage économique nous parait toujours très pertinent : l’augmentation récente de 14% du salaire minimum, un marché de l’emploi très bien orienté, des investissements étrangers qui continuent de financer les investissements en infrastructure, permettent une bonne visibilité sur la croissance, attendue sur des niveaux de 3,5 à 4% en 2012, malgré la baisse des dépenses publiques », affirme Carmignac.

La visibilité sur une croissance émergente, plus modeste que ces dernières années, mais solide et durable, semble par conséquent « satisfaisante » pour la société d’investissement. En conclusion, Carmignac Gestion maintient sa forte conviction sur les pays émergents.