Carmignac Investissement sera plus offensif au premier trimestre 2012


Carmignac Gestion, l'une des plus grosses sociétés de gestion de la place parisienne, a précisé sa stratégie plus « offensive » de son fonds Carmignac Investissement (FR0010148981 – part A) pour le premier trimestre 2012. Les pays émergents sont favorisés au détriment de l'innovation.

placement, bourse,

Dans sa scénario, la société de gestion n’entrevoit tout d’abord pas d’éclaircies en Europe notamment sur les dossiers grecs et espagnols. Selon elle, la conjoncture européenne reste particulièrement difficile. Un élément vient toutefois améliorer la situation : l’action de la Banque Centrale Européenne (BCE). Grâce à son « quantitative easing détourné » (financement illimité à trois ans des banques commerciales, NDLR), Carmignac Gestion considère que la BCE a fortement éloigné le risque systémique en zone euro.

Par ailleurs, la société dirigée par Edouard Carmignac a noté un rebond conjoncturel de la croissance américaine même si elle conserve « quelques doutes quant au maintien de cette dynamique dans l’environnement actuel ». A propos de la Chine, elle estime que la deuxième puissance économique mondiale a atteint son pic d’inflation au printemps dernier et vise désormais un taux compris entre 7 et 8% en 2012. Cet affaiblissement de la hausse des prix pourra permettre un assouplissement monétaire progressif, anticipe-t-elle.

Thématique émergente renforcée

Porté par l’assouplissement monétaire de la BCE et une inflation chinoise plus modérée, Carmignac Gestion a donc décidé d’adopter une stratégie plus offensive pour son fonds Carmignac Investissement.

La société de gestion d’actifs a en particulier renforcé sa plus vieille et forte conviction : les pays émergents. Misant sur l’amélioration du niveau de vie dans ces pays, Carmignac Gestion expose ainsi plus de 37% du fonds Carmignac Investissement aux économies émergentes. Par ailleurs, le fonds a aussi augmenté son exposition aux actions liées au secteur énergétique.

Mais compte tenu des incertitudes sur les conditions de marché, la société maintient une position défensive quasi-équivalente à l’exposition émergente. Vouée à protéger le portefeuille, cette part se compose de liquidités, d’actions défensives et de valeurs minières aurifères. Concernant l’or, Carmignac Gestion juge que « l’activisme des Banques centrales à travers le monde incite à conserver une couverture aurifère, d’autant que les mines d’or ont un important retard à rattraper vis-vis du cours du métal ».

La thématique de l’innovation a en revanche été sensiblement réduite, pour reculer à environ 7% du portefeuille. L’absence d’exposition à l’euro a également été maintenue pour couvrir le fonds contre le risque d’une nouvelle aggravation de la situation en Europe.

En conclusion, Carmignac Gestion passe à l’offensive sur les pays émergents mais conserve des poches défensives au sein de son fonds, n’écartant pas une rechute potentielle des marchés.