Comment les Français utilisent leur épargne salariale


Complément de retraite, acquisition de la résidence principale ou même paiement de l'impôt, chaque Français utilise les sommes liées à l'épargne salariale selon ses priorités. Petit tour d'horizon.  

tirelire-maison-fotolia

Que font les Français de leurs primes de participation, d’intéressement et des sommes présentes dans leur plan d’épargne entreprise (PEE) ? Voici une question cruciale à l’heure où une réforme de l’épargne salariale se précise. Au regard des résultats du baromètre 2014 du Club de l’épargne salariale réalisé par Harris Interactive, on constate sans surprise que la plupart des Français se servent de ces sommes pour financer une partie de leur retraite. Cependant, primes et abondements paient également des postes de dépenses de la vie courante.

 

Financer une partie de sa retraite grâce à son épargne salariale est la solution adoptée par 54% des Français qui disposent d’un mécanisme dédié (47% des sondés). Plus surprenant, près d’un salarié de moins de 35 ans sur deux (47%) destine ses fonds à la constitution d’un complément de revenus pour sa retraite.

L’épargne salariale n’est pourtant pas le moyen de financement de la retraite le plus efficace selon les Français : l’immobilier (76%) et l’assurance vie (59%) font mieux que pour l’épargne salariale (52%).

 

13% des Français paient leur impôt grâce à l’épargne salariale

Le plan d’épargne retraite collectif (Perco) est assez apprécié des investisseurs : il fait l’objet de versements volontaires de la part de 32% des salariés. Le Perco dispose toutefois d’une marge de progression : les Français bénéficiaires de dispositifs d’épargne salariale sont encore 34% à attendre des incitations à investir dans des fonds dédiés à leur future retraite comme le Perco.

 

Deux Français sur dix se servent également de l’épargne salariale comme d’un « compte courant », une réserve dans laquelle ils n’hésitent pas à puiser pour financer leur consommation courante (24%), voire pour payer leurs impôts (13%). 20% des moins de 35 ans couverts par un des dispositifs d’épargne salariale comptent utiliser ces sommes pour payer leurs impôts l’an prochain. Cette classe d’âge est également celle qui consacre le plus son épargne salariale à l’acquisition de la résidence principale (40% d’entre eux) et à la constitution d’une réserve d’argent pour de grosses dépenses (50%).

56% des salariés bénéficiaires d’un dispositif souhaiteraient un assouplissement des conditions de déblocage des sommes investies dans l’épargne salariale afin d’en disposer plus librement et donc de s’en servir au quotidien.

 

A lire aussi :
Actionnariat salarié : la réforme prévue dans la loi Macron
Epargne salariale : un Livret E sur le modèle du Livret A ?
Intéressement et participation, harmonisation en vue