Compte épargne logement (CEL) : vers un taux au plus bas depuis sa création en 1969


Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, recommande au gouvernement de baisser le taux des comptes d’épargne logement (CEL) à 0,75% avant prélèvements sociaux au 1er août 2013 contre 1,25% actuellement. Si le ministre de l’Economie suit cette recommandation, ce taux de rémunération du CEL serait le plus bas affiché depuis la création de ce type de comptes en 1969. Le rendement du CEL avait déjà atteint ce plus bas historique du 1er août 2009 au 31 juillet 2010.

 

Le taux du CEL avait déjà chuté d’un quart de point, de 1,50% à 1,25%, lors de la précédente révision semestrielle du taux du Livret A, le 1er février 2013.

La rémunération du LEP est égale aux deux tiers de celle du Livret A arrondie au quart de point le plus proche. Christian Noyer ayant proposé une baisse du taux du Livret A d’un demi-point à 1,25%, celui du CEL atteindrait 0,83% avant arrondi, soit 0,75% en appliquant l’arrondi prévu à la formule de calcul.

Après imputation des prélèvements sociaux (15,5%) déduits à la source, la rémunération nette du CEL tomberait à 0,63% contre 1,06% depuis le 1er février 2013. Cette rémunération peut bénéficier d’une prime d’État de 1.144 euros maximum attribuée en cas de souscription d’un prêt épargne logement.

A fin 2012, 35,2 milliards d’euros étaient déposés sur des CEL, selon les statistiques de la Banque de France, un chiffre qui a diminué de plus d’un demi-milliard d’euros depuis cette date.

A lire sur le même thème
Fiche pratique sur le CEL