Constituer une cave à vin

Partagez

Nobles Crus, Wine Investment Fund, Vintage Wine Fund : depuis quelques années, les fonds d'investissement dédiés au vin émergent. Comment épargner en misant sur le nectar des dieux ?

 

Des chiffres qui peuvent faire rêver...

« Si mes prévisions sont correctes, dans dix ans un premier cru de bordeaux 2003 devrait valoir autour de 10000 dollars la caisse en primeurs, contre 4000 dollars lors de sa mise sur le marché. La quantité de ces grands vins est limitée, et la demande va devenir au moins dix fois supérieure. »
- Robert Parker dans sa revue The Wine Advocate fin 2006 -

« Imaginez que Mouton-Rothschild et Lafite-Rothschild ont été proposés plus de trois fois plus cher que le moins médiatique millésime 2004. Le record revient même à Ausone, qui a plus que quadruplé la mise d'un millésime sur l'autre ! Paradoxalement, Petrus, pourtant réputé comme étant le bordeaux le plus cher, aura su faire montre d'une certaine retenue en se contentant de doubler ses prix. »
- Angélique de Lencquesaing, fondatrice d'iDealwine, évoquant le millésime 2005 -

« Une bouteille de château Lafite 1982 achetée 323 euros en 2003 et revendue 1100 euros en 2007. Nous n’avions jamais vu ça. »
- Vente aux enchères Sotheby's -

Toujours pas convaincus ? L'indice Liv-ex qui synthétise l'évolution des cours de 100 vins français depuis janvier 2004 affiche une progression de 253% à fin septembre 2008, contre 12% pour le CAC40 sur la même période. Le Vintage Wine Fund enregistre une progression de 185% depuis sa création en février 2003, la première tranche du Wine Investment Fund gagne 143% depuis août 2003 et le Fine Wine Fund, ouvert en août 2007, s’adjuge déjà 40%.

Investir dans le vin : procéder soi-même

Malheureusement, depuis la dissolution en décembre dernier de SGAM Premier Cru (Société Générale), il n'existe plus de fonds Vin en France. Les investisseurs français doivent donc se tourner vers des fonds anglo-saxons voire luxembourgeois en achetant des parts de Nobles Crus.

Cependant ces fonds déjà peu accessibles pour l’investisseur traditionnel affichent des tickets d'entrée de 50000 euros minimum et une liquidité faible (remboursement des parts en plusieurs semaines, voire plusieurs mois selon les cas). Ils s'adressent donc à des investisseurs avertis et fortunés. Mieux vaut alors parfois procéder soi-même à la gestion de sa cave.

Gestion : s’inspirer des fonds

Sélection. En matière de sélection, la majorité des fonds dédiés privilégient les valeurs sûres. Le fonds luxembourgeois Nobles Crus, créé début 2008 par la société de gestion Elite Advisers privilégie par exemple les premiers grands crus bordelais et bourguignons et les stars du vignoble italien et espagnol, uniquement dans les millésimes considérés comme les meilleurs.

Vous l’aurez compris, rien ne sert d’empiler des caisses de bordeaux supérieur ou crus bourgeois aussi aboutis soient-ils, misez sur les grands crus ! « Le moins exceptionnel souffrira sans doute dans les mois à venir » craint Pascal Kuzniewski, expert en vin agréé à Mougins. « À l'inverse, vu le petit nombre de bouteilles produites, la politique de pénurie menée par les grands châteaux bordelais continuera à soutenir les cours. Il faut être très vigilant et entrer sur le marché de manière sélective. »

Voir la classification officielle des vins de Bordeaux de 1855 pour une première approche : http://fr.wikipedia.org/wiki/Classification_officielle_des_vins_de_Bordeaux_de_1855

Approvisionnement

Quant à l’approvisionnement, certains gérants privilégient les achats en primeur tandis que d'autres s'approvisionnent plutôt dans les ventes aux enchères ou auprès de restaurateurs étoilés qui souhaitent se débarrasser des bouteilles devenues trop chères pour leur carte. « Si on veut spéculer, le problème aujourd'hui ce n'est plus d'avoir l'argent ou d'avoir la cave pour stocker, mais d'avoir les bonnes connexions pour accéder à ces grands vins ! » expliquait Jean-Emmanuel Simond, journaliste spécialisé, lors d’une conférence.

« Certains producteurs de Meursault numérotent même leurs bouteilles et les rachètent sur eBay pour mener leur propre enquête. Les acheteurs qui tentent ainsi de spéculer sont mis sur liste noire », poursuivait Thierry Welschinger, cogérant de Mes accords mets vins. Vous l’aurez compris, pour constituer une cave de grands crus à prix intéressants, il faudra se déplacer et respecter les mœurs des circuits de distribution. Cependant, hormis quelques nectars devenus intouchables (Ausone, Romanée-Conti …), les grands crus français restent trouvables. Pensez aux foires aux vins !

Revente

Le meilleur moyen de revendre vos grands crus reste les ventes aux enchères ou à prix fixe. Des courtiers spécialisés comme iDealwine (http://www.idealwine.com) se déplacent pour vous moyennant commission. Ces commissions peuvent apparaître élevées (de l’ordre de 25% parfois) mais restent modestes au vu des plus-values qu’il est possible d’engendrer sur 3-4 ans (horizon d’investissement et délai de rotation idéal sauf anomalies de marché dans le cadre desquels des arbitrages à très court terme sont envisageable).

Elles comprennent par ailleurs les frais prélevés par le commissaire priseur lors de la vente aux enchères qui s'élèvent à près de 11%. Enfin, pour maximiser la valeur d’une cave (pour les plus gros budgets), constituez-vous une « verticale », c’est-à-dire une suite de millésimes d'une même propriété (encore mieux en magnum), ou une collection d’une cinquantaine de vins notés 100/100 par Parker.


 

Réseaux Sociaux