Croissance faible ou éclatement de la zone Euro : les prévisions de CPR Asset Management


CPR AM, une filiale du Crédit Agricole, a pris acte du meilleur climat des affaires tant au niveau de la dette souveraine européenne que des bons chiffres aux Etats-Unis. La société de gestion est plutôt confiante dans la réalisation de son scénario central qui table sur une croissance faible. Toutefois, elle maintient une légère sous-exposition aux produits de taux et repasse à neutre sur les actions, optant pour une certaine vigilance.

placement-bourse-3

Quel est son scénario central ? CPR AM prévoit que la crise de la dette devrait s’éloigner mais que la croissance économique restera faible. La société de gestion relève la probabilité de réalisation de son scénario central à 55% contre 50% auparavant. Selon elle, les marchés actions poursuivraient leur tendance de début d’année en progressant de 5 à 10% en fonction des zones géographiques.

« Si ce redémarrage ne s’avérait être, comme l’année passée, que l’image illusoire d’une croissance mal estimée ou que les « plans définitifs » n’étaient au final que temporaires, des doutes légitimes pourraient apparaître sur la croissance et entraîner les différents marchés à la baisse », envisage CPR AM. La société de gestion d’actifs estime que la possibilité d’un faux départ s’établit à environ 35%.

Quel est l’autre grand scénario ? « A la veille de grandes échéances électorales et compte tenu des efforts colossaux réclamés à certains pays périphériques de la zone euro, nous ne pouvons encore écarter une dislocation de cette dernière. Persuadés que les instances européennes et internationales mettraient tout en œuvre pour éviter ce choc, nous abaissons la probabilité de ce scénario de 15 à 10% », indique la société.

Au niveau de l’allocation d’actifs, CPR AM maintient une légère sous-exposition aux produits de taux, privilégiant ainsi dans cette classe les obligations européennes au détriment des emprunts américains. Concernant les actions, sa position est repassée à neutre. Dans le détail, elle surpondère les actions européennes et sous-pondère les actions américaines et asiatiques.