Crowdfunding : « L’investisseur n’aime pas qu’on lui cache l’information »

Partagez

placements-crowd-lymo-vayleux

INTERVIEW Jean-Baptiste Vayleux, co-fondateur du site Lymo.fr, explique le succès de la plateforme de crowdfunding immobilier par la transparence offerte aux investisseurs. Une caractéristique indispensable selon lui au développement du financement participatif en France.

 

 

Toutsurmesfinances.com : Quel est le modèle de Lymo.fr, première plateforme de crowdfunding immobilier en France ?

Jean-Baptiste Vayleux : Lymo.fr est une plateforme dans laquelle un investisseur sélectionne un projet immobilier et y investit au minimum 1.000 euros sur une période de 12 à 18 mois. Il perçoit en échange une rentabilité de 10% par an via la souscription d'obligations d'une de nos sociétés de promotion immobilière. La démarche est simple : il suffit de s'inscrire sur notre site et de choisir son projet.

L'investisseur dispose de toutes les informations nécessaires puisque le détail de chaque investissement est affiché en toute transparence : les forces du projet mais aussi ses faiblesses car chaque investissement en présente forcément.

 

Comment les investisseurs peuvent-ils suivre l'avancée du projet ?

L'investisseur a la possibilité de consulter le document d'information clé pour l'investisseur, le DICI, qui explique le fonctionnement de l'investissement et les risques associés notamment. Une fois le projet financé, l'internaute reçoit tous les trimestres par mail une lettre d'information sur l'avancée du projet avec la possibilité d'appeler la hotline du site pour obtenir plus de renseignements. Enfin, nous avons mis en place un forum sur lequel nous répondons aux éventuelles interrogations.

 

« Nous ne nous rémunérons pas sur les fonds des investisseurs »

 

Sur quels critères choisissez-vous vos projets immobiliers ?

Lymo n'est pas seulement une plateforme de crowdfunding. Nous sommes également un promoteur immobilier et nous choisissons soigneusement nos investissements. Nous gérons donc nous-mêmes les projets immobiliers que nous sécurisons de A à Z.

Nous ne finançons qu'un seul type de projet : des petites résidences qui comportent un maximum de 10 logements. Ces résidences se situent à proximité de grands centres urbains dynamiques en croissance démographique comme Toulouse, Bordeaux ou Paris. Aujourd'hui, les Français recherchent des logements où ils ont peu de voisins et peu de charges de copropriété. Les petites résidences répondent à cette demande.

 

Par quel moyen vous-rémunérez-vous ?

Etant donné que nous opérons toujours sur le même type de projet, la marge réalisée par Lymo s'établit toujours entre 10 et 20% de l'opération. Contrairement à certaines plateformes de financement participatif, nous ne nous rémunérons pas sur les fonds des investisseurs mais sur l'opération immobilière. Ainsi, lorsque vous versez 1.000 euros sur notre plateforme, vous versez l'intégralité de ce montant dans le projet choisi. Par ailleurs, les coûts de l'opération et la marge réalisée par Lymo sont indiqués dans la présentation des projets proposés.

 

La transparence de votre modèle, sur laquelle vous insistez, explique-t-elle votre succès ?

La transparence de l'investissement est un critère prépondérant pour les particuliers. Après la rémunération, qui constitue évidemment la première motivation des investisseurs, l'information représente un des moteurs du passage à l'acte. Si l'on compare la rémunération de l'investisseur sur Lymo avec celle réalisée sur une plateforme de crowdfunding equity (financement en capital), notre modèle est beaucoup plus clair puisque l'investisseur connaît déjà le rendement de son placement et la date à laquelle il perçoit ses gains. De manière globale, nous estimons que la plateforme qui convaincra le public est celle qui sera la plus transparente vis-à-vis de l'investisseur. L'investisseur n'aime pas qu'on lui cache l'information.

 

« Notre succès s'explique par une très grande pédagogie immobilière »

 

De plus, les Français sont très intéressés par tout ce qui touche à l'immobilier : le succès de notre plateforme s'explique également par une très grande pédagogie immobilière puisque nous expliquons clairement comment fonctionne une opération immobilière. Enfin, la débancarisation est très importante pour les investisseurs : ils veulent « zapper » l'intermédiaire banquier car ils ont souvent l'impression que leurs intérêts et ceux des banquiers ne sont pas alignés.

 

Pourquoi êtes-vous la seule plateforme de crowdfunding immobilier en France ?

L'immobilier est un métier qui brasse de grosses sommes d'argent sur des délais assez longs. Les choses peuvent donc très vite déraper, surtout qu'il existe dans ce secteur un certain nombre de personnes malhonnêtes. Dans ces conditions, il faut être extrêmement rigoureux pour mener à bien un projet et respecter l'objectif de rendement. Le crowdfunding immobilier étant une niche du financement participatif, il n'est pas illogique qu'il se développe avec un léger retard.

 

Quels sont vos objectifs pour 2014 ?

Le site Lymo a été lancé en février 2013 et la première résidence a été livrée début 2013. L'an passé, nous avons collecté 686.000 euros auprès de 200 investisseurs. En 2014, nous visons un objectif de collecte compris entre 1,5 et 2 millions d'euros.

 

Propos recueillis par Thibault Lamy

 

A lire également sur l'actualité du financement participatif
Prêt participatif : « La première motivation, c'est le rendement »
Crowdfunding : les financements collectés ont presque triplé en 2013
Crowdfunding : le prêt entre particuliers, une vraie alternative aux banques ?
L'histoire du Bitcoin en dates clés

 

Réseaux Sociaux