Crowdfunding : l’offre citoyenne déposée pour l’aéroport de Toulouse


La plateforme de crowdfunding Wiseed a déposé une offre officielle et citoyenne à l'Etat pour racheter l'aéroport de Toulouse-Blagnac. Si le gouvernement répond positivement, la collecte effective de l'argent débutera. La réponse est attendue dans les jours prochains.        

avion

L’histoire n’est pas encore terminée. Les particuliers peuvent encore prétendre à la propriété pour le moins originale de l’aéroport de Toulouse. La plateforme de crowdfunding, ou financement participatif, Wiseed à l’origine du projet a déposé une offre officielle à l’Etat le 1er décembre 2014. Comme c’était convenu, une fois la barre des 10 millions d’euros d’intentions d’investissement passée. L’idée d’acquérir un aéroport a su mobiliser les foules. Moins de quinze jours après le lancement de la campagne, plus de 8.000 promesses d’investissement ont été récoltées pour un montant global de 18 millions d’euros. « Grâce à votre mobilisation sans précèdent, en votre (notre) nom et via une société créée pour l’occasion, Thierry Merquiol (co-fondateur de Wiseed, Ndlr) a fait une offre à l’Agence des participations de l’Etat pour racheter 10,01% des parts détenues par l’Etat dans la société aéroport Toulouse-Blagnac qui exploite et gère l’aéroport », est-il indiqué sur le site dédié du projet. L’offre a par ailleurs été transmise le 2 décembre à François Hollande.

 

>> Les 5 clés pour investir sur une plateforme de crowdfunding

 

La totalité des intentions retenue

Et le co-fondateur de la plateforme se veut optimiste : alors qu’il avait annoncé ne retenir que 70% du montant total des intentions d’investissement pour parer à d’éventuelles défections, il a finalement décidé de prendre en compte la totalité des promesses. Même si Thierry Merquiol pense toujours que seuls 70% des investisseurs passeront réellement à l’acte, il espère par ailleurs que parmi eux certains augmenteront leur participation au projet. Pour que la voix des citoyens pèse dans la balance, il n’est pas nécessaire de racheter l’ensemble des parts que cède l’Etat, à savoir 49,9% du capital sur les 60% qu’il détient. L’objectif est de racheter 10,1% des parts de l’Etat pour que les citoyens et les collectivités territoriales ainsi que la Chambre de commerce et d’industrie (CCI), qui détiennent à elles deux 40% du capital, soient majoritaires. « Ces 10% peuvent provenir des 49,9% mis en vente par l’Etat ou des 10,1% qu’il détient encore », avait ainsi expliqué Thierry Merquiol.

 

Dans l’attente d’un « oui » de l’Etat

« En cas de réponse positive, nous vous solliciterons pour recueillir vos souscriptions (bien réelles cette fois) dans un cadre réglementaire adapté à la situation. Vous serez personnellement averti(e) du démarrage de l’opération et des conditions afférentes », est-il précisé sur le site dévolu au projet. Les particuliers qui ont fait part de leur intention d’investir ont déjà dû recevoir un mail qui leur indique la suite des opérations. Concrètement, si l’Etat approuve l’offre officielle déposée, une structure d’investissement dédiée, accessible via un plan d’épargne en actions (PEA) sera montée pour rassembler effectivement l’argent. Une fois le montant de 30 millions d’euros collectés au minimum, Thierry Merquiol déposera cette fois-ci une offre de rachat à l’Etat. Les particuliers désireux de participer à l’opération qui n’ont pas pu formuler une promesse d’investissement peuvent encore s’inscrire sur le site www.wiseed.com/rachetonslaeroportdetoulouse. Une fois leurs coordonnées renseignées, ils seront assurés d’être tenus informés de l’avancée de l’opération par Wiseed et pourront s’ils le souhaitent investir effectivement de l’argent dans le projet.

 

>> Financer une PME par le Crowdfunding, comment ça marche ?

Mais le projet a-t-il réellement des chances d’aboutir ? Si certains investisseurs sont sceptiques, confer les nombreux commentaires laissés sur le site dédié, le projet tient la route sur le papier. En tenant compte des 18 millions d’intentions formulées par les citoyens, cela chiffre la valeur globale de l’aéroport à 180 millions d’euros (18 millions d’intentions / 10,1% des parts du capital). Alors que les offres des autres candidats au rachat se montent entre 150 et 300 millions d’euros. L’Etat devrait se prononcer sur cette offre citoyenne dans les prochains jours. En attendant, les potentiels propriétaires peuvent surveiller leur boîte mail…

 

A lire également :
La réforme du crowdfunding en vigueur au 1er octobre 2014
Crowdfunding : « Un cadre juridique sécurisé » en France