Crowdlending : « Il est essentiel de connaître le dirigeant de l’entreprise »


INTERVIEW – La plateforme de crowdlending PrêtStory s'est officiellement ouverte en novembre 2015. Son président Serge Rouanet n'exclut pas de permettre au grand public de financer des entreprises qui viennent de se lancer, en apportant une attention toute particulière au profil du dirigeant.    

Serge Rouanet, président de PrêtStory

Toutsurmesfinances.com : PrêtStory, contrairement aux autres plateformes de crowdlending, permet de prêter à des entreprises en démarrage. Ce choix n’est-il pas risqué ?
Serge Rouanet, président et co-fondateur de PrêtStory : Notre plateforme ne s’interdit pas d’étudier la demande de financement d’une entreprise en démarrage. Si le parcours du dirigeant a par exemple été couronné de succès dans d’autres structures, pourquoi ne pas accéder à sa demande ?

Une des particularités de PrêtStory consiste à faire passer un test décisionnel au porteur de projet, appelé test psychométrique. Il comporte une vingtaine de questions qui nous permettent de cerner le dirigeant et les décisions qu’il peut être amené à prendre. Cet outil a été développé par deux universitaires à l’origine de PrêtStory, l’un spécialisé dans la psychologie décisionnelle, l’autre dans les sciences économiques. Ce prototype est appelé à évoluer mais il fonctionne déjà sur notre plateforme.

Pourquoi s’intéresser autant au profil du dirigeant ?
Nous avons généralisé ce test décisionnel à toutes les entreprises de moins de 20 salariés, qu’elles aient ou non un historique financier, pour une raison simple. Dans ces petites structures, le dirigeant est amené à prendre toutes les décisions. C’est réellement l’élément clé de l’entreprise car les rôles ne sont pas répartis comme dans un grand groupe. Ce sont ses décisions qui comptent et il est essentiel d’avoir une connaissance précise de la personne qui se trouve à la tête de l’entreprise.

Pour autant, nous ne nous limitons pas à cette approche et ce test n’a aujourd’hui qu’une importance marginale dans la décision d’accorder le prêt. Il ne fait que compléter l’analyse du porteur de projet, effectuée étape par étape.

« C’est le prêteur qui définit son taux d’intérêt »

Comment sélectionnez-vous alors les projets présentés au public ?
Nous opérons tout d’abord une sélection automatique des entreprises avec leur numéro de SIREN, en vérifiant qu’elles n’ont pas connu d’incident de paiement. Altares, acteur majeur du secteur de l’information sur les entreprises, l’un de nos partenaires, nous permet à ce titre de connaître l’antériorité financière de la société. Puis nous décortiquons la nature de la demande, et le cas échéant faisons passer le test au dirigeant.

A quels rendements les prêteurs peuvent-ils prétendre ?
En fonction de la note attribuée à l’entreprise, nous préconisons un taux d’intérêt. Celui-ci varie actuellement entre 5 et 7,5% mais il pourrait évoluer dans un avenir proche. Ce taux de rendement peut être revu à la baisse si le porteur de projet apporte une caution ou une sûreté réelle comme un nantissement sur un fonds de commerce par exemple.

Précision importante, PrêtStory a fait le choix des enchères inversées. Nous préconisons un taux d’intérêt mais c’est le prêteur qui, in fine, définit son propre rendement. Nous partons du principe que l’investisseur qui décide de financer l’économie doit également déterminer son taux d’intérêt. C’est, à notre avis, la philosophie du financement participatif. D’ailleurs, sur notre premier projet financé, certains internautes, sûrement dans l’entourage direct de l’emprunteur, ont fait le choix d’un prêt à taux zéro. Chacun vient prêter avec une raison bien personnelle, selon ses propres motivations.

 

PrêtStory, les données clés

  • Projet financé en 2015 : 1
  • Rendement proposé : 5 à 7,5%
  • Durée du prêt : de 6 à 36 mois
  • Ticket minimal/maximal : 20 euros / 1.000 euros
  • Statut : Intermédiaire en financement participatif
  • Objectif pour 2016 : 100 projets financés pour un montant de 3,5 à 5 millions d’euros
  • Assurance pour le prêteur : non


Propos recueillis par Thibault Lamy

 Pour en savoir plus sur le crowdfunding et son actualité
La médiation du crédit aux entreprises adoube le crowdfunding
Taux d’intérêt, statuts, comment fonctionne le crowdfunding immobilier