Deezer : introduction en Bourse pour contrer Spotify et Apple Music


Rentable en France, Deezer va faire appel au marché pour doper sa croissance à plus de 50% par an sur la période 2016-2018 grâce à un plan marketing agressif. Objectifs du spécialiste de la musique en streaming : dépasser les 750 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2018, atteindre l'équilibre et ne plus consommer de trésorerie dans trois ans.  

IPO de Deezer à venir sur Euronext Paris

Deezer envisage une cotation en Bourse avant la fin de l’année 2015. Contrairement à d’autres success stories de la high-tech française qui ont choisi l’IPO sur le Nasdaq (Criteo), les levées de fonds privées (Blablacar) ou encore un rachat pur et simple (Leetchi par le Crédit Mutuel Arkea), la société spécialisée dans la fourniture de services de musique à la demande et d’écoute en streaming audio a opté pour une introduction en Bourse sur Euronext Paris, à l’instar du e-commerçant Showroomprivé. Pour l’heure, Deezer a obtenu l’enregistrement de son document de base auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF), première étape de son processus de cotation.

Augmentation de capital

L’objectif principal de Deezer est de récolter de l’argent frais pour accélérer sa croissance. D’ailleurs, « l’opération prendra la forme d’une augmentation de capital principalement », indique une source proche du dossier. L’entreprise fondée en 2007 par Daniel Marhely et Jonathan Benassaya (qui ne sont plus aux commandes) espère réaliser une levée de fonds d’un montant significatif. Pour l’heure, aucun chiffre n’a filtré. Depuis sa création, la société a levé environ 80 millions d’euros, dont 68 millions en 2012 auprès d’Access Industries, la société de l’homme d’affaires russo-américain Len Blavatnik, qui possède également la maison de disques Warner Music.

Moins connu (et utilisé) que son concurrent suédois Spotify sur la plupart des marchés où il opère, en dehors de la France où il occupe la place de leader, et face au géant Apple qui a lancé son service Apple Music le 30 juin 2015, Deezer a décidé de mettre les bouchées doubles pour faire gonfler sa base d’abonnés payants. Elle en comptait 1,5 million au 30 juin 2015 en dehors des personnes utilisatrices via leur opérateur téléphonique ou Internet. Pour ce faire, la société a prévu de lancer des campagnes de marketing (essais gratuits, offres promotionnelles, etc.) à l’international qui vont peser lourdement sur ses résultats en 2016 et en 2017. Des opérations de croissance externe ne sont pas exclues pour compléter l’offre, les services ou la couverture géographique du groupe. Quatre acquisitions ont été menées depuis 2010, dont trois sur le marché du streaming audio en Allemagne et aux Etats-Unis. Le rachat de Stitcher en octobre 2014 a par ailleurs permis à Deezer de se diversifier en dehors de la musique avec le lancement en 2015 d’une offre de podcasts, donnant accès à plus de 40.000 programmes d’information, divertissement et de sport.

Quintuplement du CA entre 2014 et 2018

Deezer vise un chiffre d’affaires supérieur à 750 millions d’euros à l’horizon 2018, soit un quintuplement par rapport à 2014. La croissance annuelle moyenne sur la période 2015-2018 serait ainsi supérieure à 50%. Du côté des résultats, l’entreprise basée à Paris vise un Ebitda (résultat brut avant amortissements et provisions) et un cash-flow à l’équilibre mensuel à la fin de l’année 2018. Dans ces conditions, le management n’a pas prévu de distribution de dividendes dans un futur proche.

En 2014, Deezer a réalisé un chiffre d’affaires de 141,9 millions d’euros (dont 52% en France où la société est rentable) en hausse de 53%, pour un Ebitda négatif de 21 millions d’euros et une perte nette de 27,2 millions d’euros. Fort d’une croissance de 41% au premier semestre 2015 et de 37% sur les mois de juillet-août, le groupe français estime être en bonne voie pour atteindre une augmentation de ses revenus d’au moins 35% cette année, à plus de 190 millions d’euros.

Pour en savoir plus sur les IPO
Introduction en Bourse : où va votre argent ?

Une IPO dont vont profiter de nombreux souscripteurs de FIP et FCPI

Outre Xavier Niel, le fondateur de Free, et les frères Rosenblum (fondateurs de Pixmania) qui ont investi il y a quelques années au capital de Deezer, nombre de petits investisseurs vont profiter de l’introduction en Bourse de la société et de la création de valeur pour l’actionnaire qui va en découler. En effet, pas moins de 9 fonds d’investissement dans les PME non cotées de type FCPI et FIP ont pris une participation au capital de Deezer. D’après nos informations, quatre FCPI gérés par Idinvest (ex-AGF Private Equity) sont concernés. « Les souscripteurs de ces fonds bénéficieront bien sûr de l’IPO de Deezer », indique Benoist Grossmann, associé chez Idinvest. De même, cinq fonds gérés par CM-CIC Capital Privé ont participé au financement de Deezer.

Liste des FCPI-FIP actionnaires de Deezer

Gérés par Idinvest
– FCPI Capital Croissance
– FCPI Objectif Innovation Patrimoine (distribué par HSBC)
– FCPI La Banque Postale Innovation 3
– FCPI Allianz Innovation 9

Gérés par CM-CIC Capital Privé
– FCPI Select Innovation 6
– FCPI Select Innovation 7
– FCPI Select Innovation 8
– FCPI Select Patrimoine 2008
– FIP Select Patrimoine 2009