Deezer veut lever 300 millions d’euros sur Euronext Paris


Le spécialiste de la musique en streaming entend récolter 300 millions d'euros d'argent frais à l'occasion de son introduction en Bourse. La cession de titres par des actionnaires minoritaires, dont le patron de Free Xavier Niel, sera optionnelle, en cas de forte demande. La valorisation de Deezer sera comprise entre 900 millions et 1,1 milliard d'euros, selon le prix définitif des actions.  

Deezer : plus grosse IPO digital tech à Paris

Deezer pourrait réaliser la plus importante introduction en Bourse d’une société du numérique sur la Bourse de Paris. Le spécialiste de la musique en streaming a lancé à cette occasion une augmentation de capital de 300 millions d’euros par émission d’actions nouvelles à un prix unitaire compris entre 36,40 et 49,24 euros par action. Une somme bien au-delà du précédent record détenu par Seloger.com en 2006 (80 millions d’euros) devant Meetic et ses 76,2 millions levés en 2005. Pour les particuliers, l’offre est ouverte jusqu’au 26 octobre 2015 à 17 heures en cas de souscription en guichet de banque et à 20 heures pour les ordres d’achat passés en ligne. Post-opération, la capitalisation boursière sera comprise entre 900 millions et 1,1 milliard d’euros.

Financement de lourds investissements marketing

L’objectif premier de la levée de capitaux est d’accélérer la croissance du groupe via un élargissement de sa base d’abonnés. Campagnes sur les medias traditionnels, actions marketing en lien avec les artistes, offres promotionnelles, marketing direct web et mobile, partenariats de commercialisation avec des opérateurs télécom… Deezer va utiliser une large palette d’outils dans le cadre d’une augmentation « significative » de ses investissements marketing, principalement à l’international où la société n’est pas encore rentable, contrairement à la France, son principal marché.

In fine, la société entend se concentrer davantage sur les abonnés standalone, qui payent un montant spécifique pour leur abonnement à Deezer et génèrent une marge brute supérieure aux abonnés bundle, utilisateurs via leur forfait téléphonique.

Equilibre financier mensuel attendu fin 2018

Deezer a parallèlement entamé une stratégie de diversification, dans et en dehors de son coeur de métier. Dans le streaming, il s’agit de développer l’offre « en direction de contenus locaux et de musique locale », a précisé Hans-Holger Albrecht, directeur général de Deezer. Deezer veut aussi se développer « au-delà de la musique, à tout ce qu’on écoute ». D’où la création d’un service Deezer Football au Royaume-Uni en octobre 2015, qui fait suite au lancement en début d’année d’une offre de podcasts sur des thèmes aussi divers que l’information, le divertissement et le sport.

Cette stratégie vise à quintupler le chiffre d’affaires entre 2014 et 2018, soit plus de 750 millions d’euros en fin de période, contre 141,9 millions d’euros en 2014. L’atteinte du point d’équilibre mensuel, tant en résultat brut d’exploitation (Ebitda) qu’en génération de trésorerie, est annoncé à la fin de l’année 2018.

En savoir plus sur les IPO
Introduction en Bourse : où va votre argent ?

Le désengagement d’actionnaires actuels sera facultatif et partiel

L’introduction en Bourse de Deezer n’a pas pour but premier d’offrir aux anciens actionnaires une opportunité de sortir du capital avec une belle plus-value à la clé. Mais la cession de titres par plusieurs actionnaires minoritaires fait partie intégrante de l’opération. Si l’augmentation de capital venait à ne pas suffire pour satisfaire la demande, une rallonge sous la forme d’une option de surallocation portant sur la cession d’actions existantes serait mise en œuvre.

La listes des cédants est composée de DC Music (véhicule d’investissement des frères Rosenblum, fondateurs de la société d’e-commerce Pixmania), les fonds de capital-investissement de Idinvest Partners et CM-CIC Capital Privé, le cofondateur Daniel Marhely, le business angel Thomas Erhel et Xavier Niel, le patron de Free. Tous resteront actionnaires post-opération. Au contraire de ces derniers, ni Orange, ni Access Industries, la société de l’homme d’affaires russo-américain Len Blavatnik, ni encore Jonathan Benassaya, l’autre cofondateur de Deezer, ne sont vendeurs.

http://www.toutsurlesplacements.com/introduction-en-bourse-ou-va-votre-argent.html