Des dirigeants d’entreprises évoquent leur année 2011


Avec des indicateurs économiques contradictoires, la question des dettes souveraines en Europe, la flambée des matières premières agricoles, le prix du pétrole à nouveau élevé…, l’année 2011 sera-t-elle l’année de la reprise économique ? Difficile de le dire et les banques centrales elles-mêmes sont dans le flou artistique avec des pays qui s’en sortent et d’autres englués dans la crise économique et financière.

Depuis plusieurs années, j’ai l’occasion de mesurer avec des dirigeants d’entreprises comment va le monde, comment évolue notre économie, mais aussi celles des pays émergents.
Cette année, la Web Tv www.labourseetlavie.com a eu l’occasion lors de l’événement Oddo Midcap organisé à Lyon de rencontrer des dirigeants dans tous les secteurs.

Aussi bien de la distribution de surgelés à domicile avec Toupargel, des services informatiques avec le Groupe Open, L’industrie avec Lisi ou Assystem dans la R&D externalisée, les études avec Ipsos de plus en plus à l’international, mais aussi un laboratoire Eurofins ou du champagne avec Vranken…
Bref, des secteurs qui pour certains d’entre-eux ont connu une crise très sévère avec une chute de la demande importante, voire des donneurs d’ordre qui ont tout stoppé, avant de se reprendre.

Dans le détail, l’intérêt réside dans la réaction des dirigeants des entreprises concernées. Toutes ont donc connu le choc de la crise de 2008, l’impact en 2009, mais toutes dans leurs domaines respectifs ont su trouver les moyens de rebondir pour adapter leur entreprise au nouvel environnement. Pas toujours sans impact sur les effectifs, mais en sortant de la crise avec une nouvelle capacité de croissance.

Et c’est un message d’espoir, la capacité des hommes à relever des défis dont ils ne sont pas à l’origine, la crise financière, pour continuer leur développement.

Dans l’absolu, les dirigeants d’entreprises aimeraient sans doute que les crises financières aussi dramatiques soient évitées, mais cela relève encore de l’utopie, ou d’une meilleure régulation qui n’est toujours pas en place, dans la réalité, ils continuent d’innover, de s’adapter à un monde économique plus complexe, et de la sorte de préparer l’avenir.

 

Didier Testot