Devise : Pictet apprécie le dollar américain


La banque privée suisse, Pictet, considère que la décélération de la croissance mondiale devrait peser sur le sentiment des investisseurs et favoriser les monnaies défensives telles que le dollar américain.

placement, argent,

Concernant la devise de l’Oncle Sam, la banque privée prévient qu’une tendance baissière pourrait affecter le dollar en cas de regain d’optimisme. Ce dernier pourrait éventuellement provenir d’une résolution de la crise de la dette européenne ou de signes de progrès soutenus, d’un troisième plan d’assouplissement quantitatif aux Etats-Unis susceptible de rehausser les perspectives d’inflation ou encore d’une croissance plus élevée que prévu.

La crise devrait peser sur l’euro

A propos de l’Euro, Pictet n’envisage pas un éclatement de la zone euro mais considère que la crise de la dette souveraine et les nouveaux cycles de baisse des taux de la Banque Centrale Européenne (BCE) devraient peser sur la devise européenne. Pour rappel, la BCE a réduit son principal taux directeur de 0,25% à deux reprises, le 3 novembre et le 8 décembre 2011, pour le porter à 1%.

Pour la devise helvétique, la banque privée indique que sa monnaie nationale devrait se cantonner dans une fourchette étroite de 1,20-1,25 face à la monnaie unique en 2012. Elle souligne que la devise suisse pourrait continuer à s’affaiblir sous l’impulsion de la Banque Nationale Suisse (BNS) ou à cause d’une détérioration de l’économie du pays.

Selon Pictet, la monnaie anglaise pourrait afficher une certaine stabilité face à l’euro avec une fourchette de 0,85-0,90 mais aussi contre le dollar US compris entre 1,55-1,65.

Les convictions « value » de Pictet

Dans une optique de gestion « value » (profiter d’une revalorisation d’un actif décoté), Pictet achète le dollar américain, la monnaie norvégienne, la livre sterling et la couronne suédoise. A contrario, la banque vend le franc suisse, le dollar canadien, le dollar australien et le dollar néozélandais.