Devises : vers une parité euro-dollar à 1,25 ?


Le courtier en CFD (contract for difference) CMC Markets France est revenu dans une tribune sur les performances boursières du début d'année mais a surtout exposé ses perspectives pour la zone euro et sa monnaie unique.

placement, argent,

« En ce début d’année, la reprise vigoureuse des marchés boursiers européens va probablement au-delà des attentes les plus ambitieuses des investisseurs », apprécie Fabrice Cousté, directeur général de CMC Markets France.

Le courtier spécialisé dans le marché des changes (Forex) explique ce phénomène par « l’amélioration globale de la situation politique en zone euro » et l’action monétaire massive de la Banque Centrale Européenne (BCE). Concernant cette dernière, Fabrice Cousté considère que la seconde phase du programme de prêts aux banques lancée le 29 février, d’environ 1 000 milliards, « est attendue comme un facteur de soutien de taille pour les marchés d’actions européens ».

Opportunité d’achat en Europe

Le directeur général de CMC Markets France estime par ailleurs que l’Europe ne pourra se passer d’un plan de relance de la croissance par la compétitivité. Dans ce contexte, le courtier est convaincu qu’il existe « des opportunités d’achats sur les marchés actions européens », soulignant le niveau relativement faible des valorisations.

« Le programme d’assouplissement quantitatif des Banques Centrales, qu’il soit clairement affiché comme aux Etats-Unis ou plus intermédié à l’image de l’action de la BCE, est de nature à soutenir durablement les marchés d’actions dans les prochains mois », juge Fabrice Cousté.

Selon le courtier en CFD, cette stimulation monétaire de part et d’autre de l’Atlantique est également propice à des mouvements de fluctuation des devises dans les prochaines semaines. Présageant que l’action de la BCE atteindra son objectif d’affaiblissement de l’euro par le déversement de flux de liquidités sur les marchés, il s’attend ainsi « à voir la monnaie unique continuer de s’apprécier face au dollar, jusqu’à la fin du mois de février et le déploiement de la seconde tranche de prêts aux banques de la BCE ».

Chute de l’euro avant une possible remontée

En terme chiffré, Fabrice Cousté estime que l’euro pourrait alors retomber vers une parité à 1,25 dollar, avant un nouveau rebond haussier sous l’effet du lancement d’un probable « Quantitative Easing III » par la réserve fédérale américaine.