Ecoslops : projet d’introduction en Bourse sur Alternext

Partagez

Spécialisée dans la transformation de déchets pétroliers en carburant recyclé pour le transport maritime, Ecoslops veut lancer une augmentation de capital pour ouvrir de nouveaux sites de traitement. La première unité est sur le point d'entrer en service au Portugal.

Ecoslops : la valorisation des déchets pétroliers maritimes en Bourse

 

La Bourse va-t-elle bientôt accueillir une nouvelle entreprise industrielle innovante ? Plus de quatre mois après l'introduction en Bourse de Serge Ferrari, spécialiste des matériaux composites souples, Ecoslops entend profiter d'un contexte redevenu plus favorable sur les marchés actions pour entrer sur Alternext Paris.

Augmentation de capital

A cette occasion, la société souhaite lever des fonds au travers d'une augmentation de capital pour financer ses projets de développement. C'est dans cette optique qu'elle a obtenu l'enregistrement de son document de base par l'Autorité des Marchés Financiers (AMF), étape préalable à son projet de cotation. Les titres devraient être éligibles au PEA (plan d'épargne en actions) et au PEA PME.

Créée en juillet 2009 par Michel Pingeot, ancien PDG du groupe parapétrolier Heurtey Petrochem, Ecoslops est en train de passer du stade de la start-up à celui de PME industrielle. La société met œuvre des procédés de traitement des résidus pétroliers maritimes, appelés « slops » et de raffinage pour produire du carburant recyclé destiné au transport maritime. La société est sur le point d'achever la construction de son premier site de recyclage, d'une capacité annuelle de production supérieure à 25.000 tonnes. Il doit devenir opérationnel au cours de ce mois de novembre 2014 à Sinès, premier port industriel portugais. La vente du carburant doit débuter dès la fin de l'année 2014.

Financer une deuxième usine de traitement de déchets maritimes

Les fonds levés visent notamment à financer la construction d'une deuxième unité industrielle. Plusieurs projets de nouvelles unités sont à l'étude à l'international, notamment en Côte d'Ivoire, à Singapour, ou en Europe du Nord, peut-être au Havre. Abidjan et Singapour seraient les projets les plus avancés. Ecoslops veut aussi poursuivre ses efforts de recherche et développement (R&D) en vue d'augmenter encore le rendement du procédé de raffinage et d'anticiper de nouvelles contraintes règlementaires en réduisant la teneur en soufre du carburant.

Depuis 2009, Ecoslops a levé 10,3 millions d'euros, auxquels s'ajoutent 2,2 millions apportés en compte courant par ses actionnaires appelés à être convertis en capital en cas de succès de l'opération sur Alternext. Au 30 juin 2014, ses pertes cumulées s'élèvent à 4,8 millions d'euros.

 

Réseaux Sociaux