Energie : les indépendants s’associent aux Majors


A l'heure où le projet de rapprochement Suez-GDF revient sur le devant de la scène, d'autres alliances se nouent à une autre échelle.

L’ouverture à la concurrence des marchés de l’électricité et du gaz naturel, totale depuis le 1er juillet 2007 avec son extension aux particuliers, constitue le terreau d’unions entre indépendants français et grands acteurs d’envergure européenne ou mondiale. La dernière en date n’est autre que celle conclue entre l’opérateur de gaz naturel Altergaz et l’italien Eni. A travers ce partenariat, Altergaz deviendra la plateforme française dédiée du groupe Eni pour la commercialisation de gaz naturel aux professionnels et particuliers, qui représentent un marché potentiel d’environ 11,5 millions de clients, soit plus de 60% des volumes de gaz vendus en France. Eni soutiendra la stratégie de croissance d’Altergaz par un contrat d’approvisionnement en gaz d’une durée de 10 ans prévoyant des volumes importants à des conditions compétitives et apportera un soutien financier à la société au travers d’une augmentation de capital réservée de 18,9 millions d’euros. A l’issue de l’opération, Eni détiendrait 27,8% du capital d’Altergaz, participation pouvant être portée à environ 36,5%. Cette association a été précédée par celle réalisée entre l’opérateur électrique et gazier Poweo et Verbund, l’opérateur national autrichien d’électricité qui est aussi l’un des premiers producteurs d’hydroélectricité en Europe. Initialement, le partenariat portait sur la création d’une filiale commune – possédée à 60% par Poweo et à 40% par Verbund – dédiée au développement de centrales de production d’électricité à cycle combiné à gaz (CCGT). Une opération là aussi accompagnée d’un volet capitalistique puisque l’Autrichien a souscrit à une augmentation de capital qui lui a permis de devenir le premier actionnaire du Français. Leurs liens se sont ensuite resserrés en 2 temps. D’abord, en février dernier, les deux parties ont renforcé leur coopération en matière d’approvisionnement d’énergie : le groupe français bénéficie ainsi d’un accès à l’expertise et aux notations de Verbund afin d’optimiser les conditions financières de ses interventions sur les marchés énergétiques. Enfin, ces dernières semaines, Verbund a coup sur coup participé à l’augmentation de capital de 150 millions d’euros lancée par le groupe fondé et dirigé par Charles Beigbeder – le frère du célèbre auteur et ancien publicitaire – et est devenu actionnaire du projet de terminal méthanier au Havre-Antifer via une acquisition de titres de la société Gaz de Normandie, dont Poweo est le premier actionnaire avec 34% des parts. Les indépendants hexagonaux n’intéressent pas que les européens. Si Altergaz et Poweo présentaient l’intérêt pour leurs partenaires d’accéder à la clientèle finale, l’alliance conclue entre Theolia et General Electric (GE) est d’une toute autre nature et se situe plus en amont. Le producteur d’électricité éolienne a signé un accord avec General Electric Energy Financial Services, le véhicule d’investissement du conglomérat américain, qui lui a permis de mettre la main ses parcs éoliens européens d’une capacité totale installée de 165 mégawatts. Pour sa part, GE est devenu le premier actionnaire de Theolia dans lequel il a injecté 20 millions d’euros afin d’accompagner son développement. « GE ne disposait pas des savoir-faire en développement et construction clé en main de centrales que nous maîtrisons. GE proposera en exclusivité à Theolia toute opportunité de développement de parcs éoliens dans les 27 pays de l’Union Européenne », s’est ainsi félicité Jean-Marie Santander, président du directoire de Theolia. Le partenariat a été entériné le 2 juillet dernier.