Epargne : 11,1 milliards d’euros placés sur les PEL en 2014


Le plan épargne logement a collecté plus de 11 milliards d'euros sur l'année en cours à fin octobre 2014. Avec un taux de rémunération net de 2,11%, le PEL offre un net avantage par rapport aux Livrets A, LDD et livrets bancaires, et peut-être bientôt face à l'assurance vie.

Plan épargne logement

Le plan épargne logement (PEL) est plébiscité par les Français en 2014. Avec plus de 16,2 milliards d’euros déposés par les épargnants sur les 12 derniers mois à fin octobre 2014 selon les statistiques de la Banque de France, et 11,1 milliards d’euros pour la seule année en cours, le PEL fait partie des succès de 2014. Avec l’assurance vie, qui a drainé 21,3 milliards d’euros à fin novembre 2014, la collecte cumulée sur ces deux produits d’épargne dépasse les 30 milliards d’euros. Dans le même temps, le Livret A et le Livret de développement durable (LDD) ont essuyé des retraits nets supérieurs à 6 milliards d’euros.

Rendement préservé à 2,11% net

Le PEL, dont le taux de rémunération reste fixé à 2,50% (2,11% hors prélèvements sociaux de 15,5%), jouit il est vrai d’un net avantage face à la plupart de ses concurrents. Le Livret A et le LDD ont vu leur taux d’intérêt chuter à 1% le 1er août 2014, soit un plus bas historique. Les autres produits d’épargne réglementée ont, dans le sillage de cette baisse, subi un coup de rabot sensible sur leur rémunération. Les livrets bancaires fiscalisés affichent pour leur part un rendement brut de 0,96% en octobre 2014, toujours selon la Banque de France, contre 1,20% un an plus tôt.

L’assurance vie devrait pour sa part présenter des rendements en fort recul pour les fonds et contrats en euros en 2014. Les premiers taux annoncés par la Mif, la Macif ainsi qu’AG2R font état de baisses de rémunérations comprises entre 0,20 et 0,40 point. Ce manque à gagner, dû à la diminution des rendements obligataires, est également lié aux injonctions du gouverneur de la Banque de France. Le 28 octobre dernier, Christian Noyer a ainsi demandé aux assureurs de limiter la rémunération des fonds en euros en 2014.

Enfin, si les Français ont misé sur les PEL en 2014, c’est parce qu’ils ont été incités à le faire. Le maintien d’un rendement élevé pour le PEL en cette période de taux bas a en effet poussé leur commercialisation par les établissements bancaires en 2014. Les plans épargne logement ont été bien plus fréquemment proposés aux clients, comme le souligne la dernière vague de visites mystères menées par l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Sur l’actualité des placements en 2014/2015
Reportage Video : Epargner autrement pour ses enfants