Epargne : 5 chiffres pour comprendre la finance solidaire


La finance solidaire a encore gagné du terrain dans le portefeuille des épargnants en 2015. Plus d'un million de Français ont déjà souscrit un produit d'épargne labellisé. Cet engouement devrait se confirmer avec la création prochaine d'un LDD solidaire.  

Tous les voyants sont au vert pour la finance solidaire

8,46 milliards d’euros

L’encours global de la finance solidaire atteint près de 8,5 milliards d’euros au 31 décembre 2015 selon l’association Finansol. Un total en hausse de 23,7% sur une année, porté notamment par l’épargne salariale solidaire, qui représente à elle seule 5,20 milliards d’euros, devant l’épargne bancaire (2,72 milliards) et celle collectée directement par les entreprises solidaires (540 millions d’euros). « Ce montant représente 0,19% du patrimoine financier des Français », explique la directrice de Finansol, Sophie des Mazery. Son objectif, à terme, est d’atteindre 1% de l’épargne des Français placé dans des produits à forte utilité sociale ou environnementale.

4.300 euros

C’est en moyenne le montant détenu par un épargnant solidaire sur un des 140 produits labellisés par Finansol. Cette statistique se base sur un total de 1,83 million de souscriptions depuis la création du label, dont 200.000 à travers des livrets bancaires, 100.000 via des souscriptions directement auprès d’entreprises solidaires et plus de 1,5 million au moyen d’un produit d’épargne salariale. Près de la moitié de ces souscriptions ont été effectuées en Ile-de-France et en région Rhône-Alpes, pour respectivement 31% et 12%.

5,32 millions d’euros

Les produits d’épargne solidaire, dont les livrets de partage, les contrats d’assurance vie solidaires et les Sicav dédiées, ont permis de délivrer 5,32 millions d’euros de dons à des associations et entreprises solidaires. Un montant, « en légère diminution sur un an » selon Sophie des Mazery, dont l’évolution s’explique simplement par la baisse des taux d’intérêt servis par ces produits d’épargne.

30.895 emplois

En 2015, les financements provenant de la générosité des Français ont grimpé à 1,49 milliard d’euros. Ils ont permis de consolider ou créer 30.895 emplois. « 7.000 personnes ont retrouvé un emploi l’an passé », avance la directrice de Finansol. Autres illustrations de l’utilité de la finance solidaire, 4.500 personnes ont pu trouver un toit dans un logement acquis via cette épargne, 130 ont bénéficié de l’ouverture d’une place dans un établissement d’hébergement pour personne âgée dépendante (Ehpad). Enfin, les installations de production d’énergie renouvelable financées ont permis de créer l’équivalent de la consommation de 50.000 foyers en 2015.

1er janvier 2017

L’engouement pour l’épargne solidaire pourrait se concrétiser plus encore dès l’année 2017. A compter du 1er janvier sera créé le Livret de développement durable solidaire (LLDS). Concrètement, chaque épargnant pourra choisir de reverser une partie de ses intérêts à l’association ou l’entreprise de son choix. Une avancée saluée par Sophie des Mazery mais jugée encore insuffisante : « Le partage sur une partie des intérêts ne suffira pas, explique-t-elle. Il faut que cette proposition de partage atteigne l’ensemble des livrets réglementés [Livrets A, LEP, …]. » Discutées dans le projet de loi dit Sapin II, les modalités de la mise en place du LDDS pourraient évoluer au cours de l’été.

Pour aller plus loin
LDD solidaire : « Il faut que ce soit un choix délibéré de l’épargnant »

VIDEO : les 5 chiffres clés de l’épargne solidaire