Epargne et Vous : avec le taux élevé du dollar, faut-il investir aux USA ?


Mes Finances TV : L'euro baisse face au dollar. Dans ce cas, les épargnants ont-ils intérêt à placer une partie de leur argent aux Etats-Unis ? La réponse avec Philippe Crevel, économiste et secrétaire général du Cercle de l'Epargne.    

crevel1usa

Depuis le début de l’année, l’euro a perdu 10% de sa valeur par rapport au dollar. Faut-il sortir de la zone euro pour investir aux États-unis ? Selon Philippe Crevel, c’est effectivement « le moment pour les épargnants de profiter de la vitalité de l’économie américaine » .

Profiter de la croissance américaine

Parmi les raisons qui peuvent expliquer la baisse de l’euro : la méforme de l’économie européenne. Alors que la zone euro peine à faire redémarrer son économie, nos voisins d’outre-Atlantique se portent bien avec une croissance de 3,5%. « Pour tenter de faire repartir notre économie, la Banque centrale européenne injecte des liquidités dans l’économie européenne et baisse ses taux, ce qui joue en défaveur de l’euro, explique l’économiste. De son côté la Banque centrale américaine a arrêté ses injections de liquidités, et on parle même d’une remontée des taux d’intérêt d’ici quelques mois. »

La tendance est à la baisse pour l’euro. Investir aux États-unis permet donc de bénéficier de la puissance du dollar américain. Ensuite, la bonne santé de l’économie américaine et les taux d’intérêt américains plus élevés que ceux en Europe promettent de meilleurs rendements. « Tout concourt pour les épargnants à placer une partie de leur patrimoine aux Etats-Unis, qui demeure la première puissance mondiale », affirme notre expert.

Ne pas se précipiter … mais aller vite

« Avant d’investir aux USA, il y a quelques précautions à prendre », relativise le secrétaire général du Cercle de l’Epargne. Tout d’abord, il faut savoir que les cours de la monnaie fluctuent. « Aujourd’hui, le dollar monte mais il peut baisser demain », avertit Philippe Crevel. Il faut également savoir que passer d’une monnaie à une autre n’est pas gratuit. Il faut prévoir des frais de gestion, notamment pour les taux de change.

De surcroît, le marché américain est bien différent du marché européen, les règlementations fiscales et juridiques ne sont pas les mêmes. « C’est un marché que l’on connaît moins bien, ce qui entraîne des risques pour l’épargnant européen, surtout si l’on s’engage dans un marché type immobilier où les règles sont spécifiques au marché américain », prévient l’expert en finances personnelles.

Pour ces raisons, il est probablement plus prudent d’investir en passant par les organismes de placements collectifs type SICAV ou FCP, ce qui permet de mutualiser les risques. « Aller en direct sur des produits aux USA, c’est prendre le risque d’avoir une chute sur une valeur actions ou sur un bien immobilier », précise l’économiste.

Pour finir, il faut se dépêcher d’investir aux Etats-Unis. En effet, il est possible que l’euro rattrape son retard sur le dollar dans le courant de l’année 2015. « Plus on tardera, moins l’appréciation du capital sera importante, souligne Philippe Crevel. Il est donc urgent d’aller investir sur les marchés américains surtout quand on sait que l’amélioration de l’économie de la zone euro n’est pas prévue avant 2016 », conclut-il.

Suivez l’actualité des marchés en visionnant notre émission hebdomadaire « un oeil sur les marchés »

A visionner également:
–> les précédent numéros d’Épargne & Vous