Epargne et Vous : Ce qui change dans la fiscalité de l’assurance vie


Dans ce nouvel épisode de votre émission Epargne et Vous, Mireille Weinberg aborde les changements qui vont impacter la fiscalité de l'assurance vie lors du décès de son titulaire. Notre experte prodigue ses conseils pour ne pas subir de hausse d'impôt en 2014.

Mireille Weinberg

 


« La fiscalité de l’assurance va être alourdie au 1er juillet 2014. »
Mireille Weinberg, journaliste experte dans les finances personnelles, met en garde les épargnants dans ce nouveau numéro d’Epargne et Vous. Car si la fiscalité des contrats d’assurance vie en cas de rachat devrait être préservée jusqu’en 2017, comme l’a promis le président de la République François Hollande, la taxation de ces produits d’épargne en cas de décès du titulaire va, elle, augmenter.

Taxation maximale relevée de 25 à 31,25%

Actuellement, « chaque bénéficiaire a droit à un abattement de 152.500 euros », rappelle Mireille Weinberg. Cette franchise de taxe sur les contrats d’assurance vie ne sera pas modifiée à partir du 1er juillet 2014. En revanche, les tranches de taxation supérieures vont évoluer : alors que jusqu’ici, les 902.838 premiers euros taxables étaient soumis à un taux d’imposition de 20%, ce taux s’appliquera sur les 700.000 premiers euros taxables. Surtout, une fois ce seuil dépassé, un taux de 31,25%, contre 25% jusqu’au 1er juillet, frappera les contrats d’assurance vie en cas de décès. Pour mieux faire comprendre ces évolutions, notre experte prend pour exemple un contrat de 1,2 million d’euros avec une seule clause bénéficiaire : « Cela nous fait un impôt de 248.594 euros. Avant le 1er juillet, la taxation aurait été 216.733 euros », constate-t-elle. Soit une hausse de près de 13% !

Possible d’échapper à la hausse d’impôt

Mais alors, « y a-t-il quelque chose à faire pour éviter l’alourdissement de la taxation ? Eh bien oui et non », affirme Mireille Weinberg. Notre spécialiste a repéré deux astuces pour éviter cette taxation relevée sur les contrats importants. Premier moyen : opter pour le contrat Vie Génération pour contrer cette hausse de la fiscalité. « Ces contrats n’existent pas encore sur le marché », note la spécialiste puisqu’ils doivent être mis en place au plus tôt à la fin de l’année 2014. De plus, « ces contrats ne comprendront aucun fonds en euros et seront risqués », avertit-elle.

Pour éviter ces aléas, mieux vaut donc jouer la sécurité selon notre experte, qui préconise « d’aller votre notaire ou votre assureur, de balayer avec lui tout ce que vous avez en termes de clause bénéficiaire ». « Si vous avez 5 enfants, veillez à bien les mettre chacun sur votre contrat d’assurance vie, comme ça ils auront chacun 152.500 euros [d’abattement] », conclut Mireille Weinberg.

Pour retrouver tous les précédents épisodes de votre émission Epargne et Vous, cliquer ici.