Epargne et Vous : Comment fonctionne le PEA PME ?


Mireille Weinberg présente les principales caractéristiques du PEA PME dans un nouvel épisode d'Epargne et Vous. Présentant des atouts certains, cette enveloppe fiscale dédiée à l'investissement en actions de PME doit être utilisée avec précaution.

Mireille Weinberg et l'émission Epargne et Vous

 

Le PEA PME, lancé en mars 2014, est un nouveau plan d’épargne en actions (PEA) destiné au financement des petites et moyennes entreprises. « En moins de deux mois, il a réuni plus de 200 millions d’euros de collecte », lance Mireille Weinberg. Pour ce nouveau numéro de votre émission Epargne et Vous, notre journaliste experte dans les finances personnelles dévoile les contours de cette enveloppe fiscale, créée plus de 20 ans après le PEA classique.

Comme un PEA ou presque

« Il ressemble à s’y méprendre à son grand frère », avance notre spécialiste. Avec quelques bémols tout de même. Car si la fiscalité du PEA, précédemment expliquée dans un numéro d’Epargne et Vous, est préservée tout comme nombre de ses caractéristiques, certaines différences sont notables. Surtout, « vous ne pouvez pas mettre toutes les actions de toutes les sociétés que vous voulez, avertit Mireille Weinberg. Ça peut être des actions de PME et d’ETI européennes, mais pas davantage. » Inutile donc d’espérer inclure les titres de sociétés du CAC 40 dans votre tout nouveau plan d’épargne en actions.

Autre différence, le plafond n’est pas le même pour le PEA PME puisqu’il se borne à 75.000 euros, soit moitié moins que son glorieux aîné.

Des risques accrus…

« C’est un produit risqué, avertit notre experte. Aucun filet de sécurité » puisqu’il s’agit d’un investissement en actions. De plus, la restriction du champ des actions pouvant être détenues dans un PEA PME a un impact sur les dangers encourus par un épargnant. Ainsi, il est encore « plus risqué que le PEA, ce dernier étant beaucoup plus diversifié », insiste Mireille Weinberg. Enfin, « il y a beaucoup moins de communication sur les petites valeurs », met en garde la journaliste.

… mais des gains plus élevés en perspective

Alors, « faut-il souscrire », s’interroge-t-elle ? Oui, selon notre experte, Mireille Weinberg mettant en avant l’aspect « plus rémunérateur » de ce produit. « Sur les 20 dernières années, les toutes petites valeurs européennes ont eu un rendement moyen de 8% par an pendant 20 ans » contre 7% par an pour les grosses entreprises dans le même temps.

Mais attention, le PEA PME n’est pas adapté à tout le monde. Il convient, d’après notre experte, aux investisseurs avertis qui n’ont pas peur de prendre des risques ou encore à ceux qui ont déjà rempli leur PEA classique au plafond de 150.000 euros. Pour ceux qui ne collent pas parfaitement à ce profil, Mireille Weinberg recommande de miser sur des fonds : « C’est le gérant qui va sélectionner les valeurs, vous n’aurez rien à faire : c’est plus sûr. »

Dans tous les cas, ouvrir un PEA PME dès aujourd’hui constitue une stratégie gagnante puisqu’elle permet d’ores et déjà de prendre date pour bénéficier d’une fiscalité avantageuse sur les plus-values 5 ans plus tard.

Pour retrouver tous les précédents épisodes de votre émission Epargne et Vous, cliquer ici.