Epargne et Vous : faut-il souscrire une assurance vie à 70 ans ?


Parmi les possibilités qu'offre l'assurance vie, en voilà une bien peu connue du grand public : la souscription d'un contrat après 70 ans. Mireille Weinberg a donc choisi de s'intéresser au sujet pour ce nouveau numéro de votre émission Epargne et Vous.

epargne-vous-assurancevie-70ans

« On pense traditionnellement que l’assurance vie après 70 ans n’a plus aucun intérêt. Et bien c’est totalement faux », tranche Mireille Weinberg, journaliste spécialiste des finances personnelles. En effet, souscrire un contrat d’assurance vie après 70 ans présente plusieurs avantages. Premièrement, c’est intéressant au niveau financier. A cet âge, « vous avez peut-être envie de sécuriser vos actifs, (…) et bien vous pouvez les placer sur le fonds en euros de l’assurance vie qui est totalement garanti », explique Mireille Weinberg.

La fiscalité

Surtout, l’intérêt d’ouvrir une assurance vie lorsque l’on est septuagénaire est avant tout fiscal. Avant 70 ans, les bénéficiaires profitent d’un abattement de 152.500 euros au-delà duquel ils payeront une taxe de 20 ou 31,25% sans distinction entre versements et intérêts. Passé cet âge, le calcul n’est plus du tout le même : « On ne prend plus en compte ce que reçoit le bénéficiaire dans sa globalité mais on distingue ce qui est issu des versements de ce qui vient des gains générés par les versements », indique notre spécialiste.

Ici les versements jouissent d’un abattement de 30.500 euros valable pour l’ensemble des bénéficiaires. Les versements supérieurs seront donc soumis aux droits de succession. « L’excellente nouvelle en matière d’assurance vie après 70 ans, c’est que tous les gains générés sont totalement exonérés de droits de succession », affirme notre experte.

Comment l’utiliser

Pour Mireille Weinberg, « il faut ouvrir un nouveau contrat pour tous vos versements après 70 ans ». Cela devrait simplifier votre succession car l’assureur n’aura pas à dissocier les versements effectués avant 70 ans des autres.

Deuxièmement, dans l’idéal il faut y placer 30.500 euros (soit la valeur de l’abattement) dès l’ouverture. Si, bien sûr, « vous en avez les moyens », précise la journaliste. Ainsi tous les gains générés seront exempts de droits de succession.

Enfin, grâce à cet avantage sur les droits de succession, vous avez la possibilité de désigner sur la clause bénéficiaire des personnes qui d’habitude payent des taxes très importantes. Il s’agit des personnes qui n’ont aucun lien de parenté avec vous ou des liens très éloignés. « Ces personnes ont un taux de droits de succession qui s’élève à 60%, il vaut donc mieux en profiter pour les désigner », conclut Mireille Weinberg.

Les précédents épisodes d’Epargne et Vous sont disponibles sur ce lien