Epargne et Vous : Le plan d’épargne en actions (PEA)


MES FINANCES TV - Philippe Crevel, économiste et secrétaire général du Cercle de l'Epargne, présente le plan d'épargne en actions, dans ce nouveau numéro d'Epargne & Vous. Le PEA offre une fiscalité intéressante pour investir sur les marchés actions.

CREVEL PEA SITE

Le plan d’épargne en actions (PEA) est une enveloppe fiscale dans laquelle il est possible de loger des actions ou des parts d’organismes de placement collectif de type SICAV (Société d’investissement à capital variable) ou FCP (Fonds commun de placement), majoritairement investis en actions européennes. Aujourd’hui, cinq millions de Français détiennent un PEA. Au début des années 2000, ils étaient sept millions. « La crise économique aidant, beaucoup de Français se sont séparés de leur PEA, nous allons voir s’ils ont eu raison ou tort », commence Philippe Crevel.

Une fiscalité avantageuse

Le plan d’épargne en actions offre quelques avantages fiscaux non négligeables. D’abord le PEA permet de gérer ses actions en franchise d’impôt. « De plus, après cinq années d’antériorité fiscale du PEA, le contribuable sera totalement exonéré d’impôt sur les gains », ajoute l’économiste. En effet après cinq ans, seuls les prélèvements sociaux de 15,5% sont retenus sur les gains générés (plus-values et dividendes).

Investir progressivement

Si vous souhaitez ouvrir un PEA, il est nécessaire de prendre quelques précautions. Dans un premier temps, Philippe Crevel conseille « d’investir progressivement afin de pouvoir lisser les variations du marché ». En effet, l’expert en finances personnelles explique « qu’investir trop hâtivement et d’un seul coup pourrait s’avérer fatal en cas de krach boursier ». Par ailleurs, il souligne « que les non spécialistes ont toujours la possibilité de faire appel à des SICAV ou des FCP ».

Le plafond relevé

Il est intéressant de noter que depuis le 1er janvier 2014, le plafond de versement dans un PEA a été relevé à 150.000 euros, contre 132.000 euros auparavant, « et tout cela en franchise d’impôt », ajoute le secrétaire général du Cercle de l’Epargne.

En outre, le gouvernement a permis récemment la création d’un nouveau type de PEA, le PEA PME. Grâce à ce produit, il est possible d’investir dans des actions de petites et moyennes valeurs cotées et non cotées dans la limite de 75.000 euros, selon un régime fiscal identique à celui du PEA.

« Quand on ajoute à cela le potentiel de hausse du marché financier parisien, qui a augmenté de 15% en 2013 et de 18% en 2012, le PEA peut s’avérer être un placement relativement attractif », conclut Philippe Crevel.

A visionner également :
–> Les précédents numéros d’Epargne & Vous