Epargne éthique : "il n'y a pas de sacrifice de rentabilité" pour le PDG de Spear

Partagez

placement-equipe-spear

INTERVIEW- Nicolas Dabbaghian est fondateur et président-directeur général du projet Société Pour une Epargne Activement Responsable (Spear), qui propose une nouvelle forme de prêt entre particuliers basée sur le principe du crowdfunding ou financement communautaire. La plateforme Spear permet de choisir la destination exacte de son argent en finançant un projet éthique.

 

Quelle est l'originalité du concept proposé sur le site Spear.fr ?

Nicolas Dabbaghian : Notre équipe est partie d'un constat : le système bancaire actuel permet de placer son argent en banque, de le récupérer, mais on ne sait pas ce que fait la banque de notre argent. La Société Pour une Epargne Activement Responsable (SPEAR) présélectionne des projets selon des objectifs environnementaux, sociaux et culturels. Nos banques partenaires, entre autres Société Générale, apportent une validation financière. Il faut souligner que ce n'est pas l'épargnant qui porte le risque mais bien la banque. Notre projet n'a pas pour vocation de se substituer aux banques. Celles-ci sont nécessaires. Cependant le système bancaire peut être amélioré et Spear complète le rôle des banques en apportant de la transparence. Cette transparence est vraiment au cœur de notre initiative. Nous permettons le financement de porteurs de projets éthiques souhaitant emprunter dans une structure solidaire à un taux plus faible que celui du marché. Les projets doivent répondre à des problématiques environnementales, sociales ou culturelles.

On entend de plus en plus parler de crowdfunding comme nouvelle forme de financement. Spear rentre-t-il dans cette catégorie ?

Oui, c'est un crowdfunding, au sens littéral de « financement par la foule ». Cependant ce n'est pas un pear-to-pear, comme je vous l'ai dit, nous travaillons avec les banques. Elles ont une place à part entière dans le fonctionnement de Spear. Par rapport aux autres projets existant comme Prêt d'Union, Wiseed et Friendsclear, nous essayons de créer une vraie relation avec les emprunteurs et les épargnants. 

Qu'est-ce que les épargnants ont à gagner avec Spear ?

Nous sommes une coopérative, les épargnants achètent des parts sociales à hauteur du montant qu'ils veulent épargner. Le placement se fait dans une banque partenaire, qui propose un financement moins cher que sur le marché interbancaire. Il n'y a pas de sacrifice de rentabilité, les épargnants sont gagnants sur un double tableau. D'une part, les intérêts des parts sociales se fixent autour de 2%. D'autre part, les épargnants bénéficient de réductions fiscales selon la loi Madelin, ce qui revient à 18% du montant épargné.

Et du côté des porteurs de projets ?

Les porteurs de projets bénéficient quant à eux d'un interlocuteur à leur écoute et d'une vitrine pour leur projet. Les projets empruntent au taux de la banque -1% car nous apportons les liquidités à la banque 1% moins cher. Si nous ne collectons pas la totalité de la somme du projet, le prêt est tout de même accordé mais la minoration est proportionnelle au montant récolté. Par exemple, si on lève 30 000 euros pour un projet qui en demande 60 000, son taux n'est pas minoré de 1% mais de 0,5%. Ainsi dernièrement des emprunteurs se sont financés à des taux autour de 2,6%.

Comment Spear se finance ?

L'équipe opérationnelle compte trois membres. Spear joue un véritable rôle de courtage et d'intermédiaire. Les emprunteurs nous versent des frais de courtage, et les banques, à qui nous apportons des clients, nous versent un pourcentage sur les dépôts. Quant aux épargnants, ils doivent acquitter des frais de souscription à hauteur de 3% de leur placement.

Pour en savoir plus sur la finance éthique


 

Réseaux Sociaux