Epargne : la SCPI, le carton de l’année 2015


Les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) de rendement ont rapporté en moyenne 4,85% à leurs souscripteurs en 2015 selon l'Association française des sociétés de placement immobilier. Ces produits d'épargne ont collecté 4,275 milliards d'euros sur une année. Un record.

Rendement de 4,85% en 2015 pour les SCPI, avec une collecte record

Jamais les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) n’ont été aussi populaires. En 2015, ces fonds d’épargne investis dans la pierre ont attiré 4,275 milliards d’euros. Ce « alors que la collecte nette annuelle des SCPI n’avait jamais dépassé les 3 milliards d’euros depuis leur création il y a quarante ans », explique l’Association française des sociétés de placement immobilier (Aspim) dans un communiqué publié mercredi 9 mars 2016. Cette collecte bénéficie principalement aux SCPI de bureaux (2,6 milliards d’euros), loin devant les SCPI de commerces (0,62 milliard), les sociétés diversifiées (0,57 milliard) et les SCPI spécialisées (0,27 milliard).

Cette augmentation de 46% par rapport à 2014 (2,93 milliards d’euros, le précédent record) permet à la capitalisation des SCPI d’atteindre 37,82 milliards d’euros.

Ces statistiques confirment l’engouement des Français pour la pierre-papier, déjà souligné par meilleurescpi.com. Le site spécialisé a pour sa part observé une collecte nette de 4,06 milliards d’euros sur les différentes SCPI de rendement (bureaux, commerces, spécialisées, diversifiées). L’Aspim y ajoute de son côté les souscriptions de parts de SCPI fiscales (Pinel, Duflot, déficit foncier…), qui ont attiré 215 millions d’euros, d’où un résultat légèrement supérieur.

Rendement de 4,85%

Le succès de la pierre-papier s’explique en grande partie par la bonne performance de ces fonds, avec un taux de distribution de valeur de marché (TDVM), l’indicateur qui mesure le rendement sur un exercice, de 4,85% en 2015 contre 5,08% en 2014.

« Ce ratio s’explique par une augmentation du prix moyen pondéré des parts des SCPI (+1,55%) combinée à une politique de distribution prudente de la part des gestionnaires (-3%) », explique l’Aspim. Jonathan Dhiver, dirigeant de meilleurescpi.com, avance également « un effet revalorisation des parts et le fait que quelques SCPI ont réduit leurs revenus ».

La baisse de rendement touche de manière homogène tous les types de SCPI de rendement, les fonds investis dans les bureaux affichant un TDVM de 4,81% (5,05% en 2014) et les SCPI de commerces 4,90% (contre 5,13%). Les sociétés spécialisées dans un secteur particulier (la santé par exemple) offrent un rendement supérieur, de 5,13% contre 5,37% en 2014. Enfin, le TDVM des SCPI diversifiées recule à 5,11%, après 5,36% un an plus tôt.

Certes en recul moyen de 0,22 point sur un an, cette rémunération ne laisse évidemment pas insensibles les épargnants, dans une période de taux d’intérêt au plus bas, symbolisée par les rendements des fonds euros des contrats d’assurance vie limités à 2,30% en 2015. Le président de l’Aspim Patrick de Lataillade estime à ce titre que « la dynamique commerciale des fonds d’investissement immobilier devrait être confirmée au cours des prochaines années ».