Epargne : les vendeurs de meubles pour un déblocage du PEL


Face à la crise que traverse le secteur de l’ameublement, les vendeurs demandent le déblocage du plan d’épargne logement (PEL). Dans un communiqué commun, la Fédération française du négoce de l’ameublement et de l’équipement de la maison (Fnaem) et les Industries françaises de l’ameublement (Unifa) appellent le gouvernement « à s’inspirer d’exemples étrangers en soutenant la consommation de meubles sous forme d’un déblocage du plan épargne logement pour l’achat de meubles neufs ».

Pour rappel, les sommes placées sur un PEL ne peuvent être retirées avant la fin de vie du plan. Tout retrait entraîne la fermeture du compte et ceux effectués dans les deux premières années du PEL aboutissent même à la transformation du plan en compte épargne logement, avec une perte de rendement significative.

Le déblocage exceptionnel des PEL permettrait de relancer les achats de meubles, en recul de près de 10% depuis 2012 selon les deux associations. « Les premières simulations macro-économiques réalisées confirment que cette mesure pourrait provoquer une augmentation de la consommation de meubles d’environ 1 milliard d’euros (près de 12% du marché actuel) », avance le communiqué.

Une vieille recette, déjà utilisée pour soutenir les achats de cuisine dans les années 1980 puis en 1996 pour financer l’acquisition de meubles par les Français. Ces deux expériences n’avaient eu aucun impact sur les finances de l’Etat, expliquent l’Unifa et la Fnaem. Par ailleurs, l’exécutif pourrait être réceptif à la demande des vendeurs, François Hollande ayant autorisé un déblocage exceptionnel de l’épargne salariale pour soutenir la consommation en 2012.

Sur l’épargne réglementée en 2014
Livret A, LDD, LEP, CEL, LEE : les taux fixés au JO jusqu’au 1er février 2015