Epargne salariale : 2,2 milliards d’euros retirés avec le déblocage Hollande


L'encours total de l'épargne salariale a dépassé la barre des 100 milliards d'euros en 2013, malgré des retraits en nette hausse. Des rachats dus en partie au déblocage exceptionnel voulu par François Hollande, dont la portée est restée somme toute limitée.

Encours de l'épargne salariale en France à fin 2013

Comme annoncé, le déblocage exceptionnel de l’épargne salariale n’a pas rencontré un franc succès en 2013. Selon les statistiques de l’Association française de la gestion financière (AFG) publiées mercredi 23 avril 2014, seuls 2,2 milliards d’euros ont été retirés par les salariés via ce dispositif entre le 1er juillet et le 31 décembre 2013. Ces rachats n’ont ainsi pas empêché les chiffres de l’épargne salariale de s’envoler l’an passé : « Au 31 décembre 2013, les encours d’épargne salariale se sont établis à 104,4 milliards d’euros, pointe ainsi l’AFG dans un communiqué. Les actifs sont en hausse de 10 % par rapport au 31 décembre 2012 en raison d’un effet de marché très favorable, compte tenu de la bonne tenue des marchés actions en 2013 (+18% pour le CAC 40). »

Annoncé par le président de la République François Hollande le 28 mars 2013, le déblocage exceptionnel de la participation et de l’intéressement visait à relancer la consommation dans l’Hexagone en permettant aux Français de retirer leurs avoirs placés sur un plan d’épargne entreprise (PEE), groupe (PEG) ou inter-entreprises (PEI) en franchise d’impôt sur le revenu et dans la limite de 20.000 euros après prélèvements sociaux.

7 milliards d’euros retirés en 2004

Les précédents déblocages exceptionnels avaient donné lieu à des retraits d’un tout autre niveau : 3,9 milliards d’euros en 2008 et environ 7 milliards d’euros entre 2003 et 2004. Cet échec relatif s’explique notamment par l’exclusion des sommes investies sur les plans d’épargne retraite collectifs (Perco).

Pour autant, s’il n’a pas connu le succès escompté, le déblocage exceptionnel a plombé les souscriptions nettes sur les dispositifs d’épargne salariale puisque sur l’année 2013 : « Le montant des rachats s’élève à 15,2 milliards ce qui donne un solde net négatif de souscription de 3,5 milliards d’euros contre un solde net positif de souscription de 500 millions d’euros en 2012 », note l’AFG. L’association en profite une nouvelle fois pour égratigner cette mesure « dont l’AFG avait souligné l’incohérence avec le souhait de développer l’épargne longue et prédit l’inefficacité en matière de soutien à la consommation ».

 

Sur l’épargne salariale en 2014
104,2 milliards d’euros d’encours fin 2013 selon Debory Eres