Epargne salariale : l’écart se creuse entre PME et grandes entreprises


Les petites entreprises souffrent de plus en plus de la comparaison avec les grandes en matière d'accès aux dispositifs de participation et d'intéressement, comme le montre le baromètre 2014 du Club de l'épargne salariale. Le gouvernement , qui a amorcé la réforme de l'épargne salariale, a du pain sur la planche.  

placement-cochons

La réforme de l’épargne salariale tombe à point nommé pour les salariés de petites entreprises. Selon le baromètre 2014 réalisé par Harris Interactive pour le Club de l’épargne salariale, 47% des salariés interrogés sont couverts par un des dispositifs (intéressement, participation, PEE, Perco, actionnariat salarié, etc.), soit 14 points de plus qu’en 2010. Si cette progression est encourageante dans un contexte de crise économique, elle masque un creusement de l’écart entre les petites et les grandes entreprises.

 

En effet, dans les entreprises de moins de 50 salariés, seul 19% des sondés déclarent être couverts par un des dispositifs, contre 21% en 2010. A contrario, dans les très grandes entreprises, le ratio est passé de 60% en 2010 à 86% en 2014. Le taux de couverture a également progressé dans les deux autres catégories : de 38 à 51% pour les entreprises de 50 à 499 salariés et de 43 à 62% pour celles ayant entre 500 et 1.999 salariés.

 

PEE et Perco en meilleure forme chez les grandes entreprises

Le fossé se creuse également en termes d’abondement – les sommes versées par les entreprises en complément des primes de participation et d’intéressement – et de versements (par les salariés) sur les plans d’épargne salariale, selon le baromètre spécifique de Natixis Interépargne. Les abondements sur les plans d’épargne retraite collectif (Perco) sont en forte baisse sur l’ensemble des entreprises (-7,5%) alors qu’ils sont stables dans les entreprises de plus de 500 salariés (+0,1%). Concernant les plans d’épargne entreprise (PEE), les versements par les salariés ont baissé de 3,3% pour passer de 753 à 732 euros en moyenne de 2013 à 2014 toutes entreprises confondues alors qu’ils augmentent de 3% dans les grandes entreprises sur la même période, grimpant de 1.888 euros à 1.945 euros en moyenne.

 

L’élargissement aux petites et moyennes entreprises est un objectif majeur de la réforme de l’épargne salariale. Le comité d’expert du Copiesas missionné par le gouvernement pour réfléchir à des pistes d’amélioration a d’ailleurs proposé plusieurs mesures destinées à faciliter l’accès des PME aux différents dispositifs : exonération de forfait social pendant les trois premières années, simplification des dispositifs pour les rendre plus lisibles par les dirigeants, mise en œuvre d’une vraie politique de formation et même un livret E, calqué sur le modèle du livret A, réservé aux très petites entreprises.

 

A lire aussi :
Comment ouvrir l’épargne salariale aux PME ?
Participation, intéressement : délais de versement alignés à 5 mois