Epargne salariale : un salarié sur dix veut profiter du déblocage


11% des salariés ont l'intention de procéder à un rachat de toute ou partie de leur épargne salariale dans le cadre du déblocage exceptionnel en vigueur jusqu'au 31 décembre 2013, selon un sondage.

Proposition de loi

Seul un salarié sur dix (11%) a indiqué avoir déjà ou vouloir bientôt profiter du déblocage exceptionnel de l’épargne salariale selon le dernier baromètre 2013 du Club de l’Epargne Salariale-Harris Interactive*, publié le 17 octobre 2013. Ce chiffre monte à 17% au sein des entreprises de 2.000 salariés et plus. Plus de la moitié des sondés (61%), n’ont pas l’intention de profiter de cette mesure permettant de retirer les avoirs perçus au titre de la participation et de l’intéressement. Un échec relatif alors que 77% des personnes interrogées ont déclaré être au courant de la mesure de déblocage proposée par François Hollande pour favoriser le pouvoir d’achat.

 

« Pas de raz-de-marée »

Mi-septembre, les demandes de retraits représentaient environ 600 millions d’euros selon l’un des principaux teneurs de compte d’épargne salariale du marché. De son côté, l’AFG (Association française de la gestion financière) a estimé jeudi 17 octobre qu’il était « trop tôt » pour dresser un bilan. « Il n’y a pas de raz-de-marée, pas de grosse surprise par rapport à ce que l’on pouvait anticiper », a relevé Pierre Bollon, délégué général de l’AFG.

 

Son président Paul-Henri de La Porte du Theil a en outre nuancé les premières conclusions pouvant être tirées sur la portée du déblocage exceptionnel à cette époque de l’année, les fêtes de Noël représentant un pic de consommation des ménages. « L’effet 25 décembre peut avoir une influence notable sur l’effet d’une mesure comme celle-là », a-t-il observé.

 

Plafond de déblocage de 20.000 euros par salarié

D’un montant maximum de 20.000 euros par salarié, le déblocage de l’épargne salariale a été mis en place, par la loi n° 2013-561 du 28 juin 2013, pour une durée limitée de 6 mois, entre le 1er juillet et le 31 décembre 2013. En dehors de cette période de déblocage exceptionnel défiscalisé, les fonds issus de la participation et de l’intéressement sont habituellement bloqués pendant 5 ans avant que le salarié ne puisse les débloquer sans pénalité fiscale.

 

* Etude réalisée sur la base d’une enquête en ligne menée du 16 au 23 septembre 2013 à partir d’un échantillon de 601 salariés interrogé selon la méthode des quotas.

 

A lire aussi :

Epargne salariale : le choix entre déblocage partiel ou total