Epargner, priorité numéro 1 pour les Français les plus modestes


Entre 2005 et 2011, la place de l’épargne dans l’utilisation des revenus des Français s’est considérablement accrue. Selon une étude de l’Insee portant sur « Les comportements de consommation en 2011 », 21% des sondés affirmaient augmenter prioritairement leur épargne si leurs ressources augmentaient de 10%. Un taux en hausse de 3 points par rapport à la précédente étude de l’Insee, datée de 2005. L’allocation des revenus des Français, dans une telle éventualité, se dirigerait ainsi majoritairement vers l’épargne, qui arrive en première position à égalité avec les loisirs.

 

La propension des Français à épargner se vérifie tout particulièrement sur le premier quintile des personnes interrogées, c’est-à-dire les 20% des ménages les plus modestes. Ces derniers orienteraient en premier lieu l’augmentation de leurs ressources vers l’épargne dans 19% des cas, contre 16% vers l’alimentation et 15% vers les loisirs. Ce constat se vérifie chez les ménages des deuxième et troisième quintiles, qui placent en priorité l’épargne dans respectivement 22 et 23% des cas.

A noter que la propension des ménages à consacrer plus d’argent à leurs logements, si leurs ressources augmentaient de 10%, est en baisse généralisée entre 2005 et 2011, quel que soit le niveau de ressources. Les ménages les plus aisés restent plus disposés à dépenser davantage pour leur habitat que les ménages modestes, un phénomène qui se manifeste notamment par la réduction de l’écart de dépenses de logement entre locataires modestes et aisés.

 

Sur l’actualité des produits d’épargne
Livret A : Christian Noyer recommande un taux à 1,25%
Livrets d’épargne ordinaires : les taux d’intérêt passent sous 1,5% en moyenne en mai 2013