Euronext : introduction en Bourse par cession d’actions


L'opérateur des Bourses de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne va reprendre son indépendance. L'introduction en Bourse d'Euronext doit prendre la forme d'une cession d'actions au public par ICE, après la constitution d'un noyau dur de 10 actionnaires appelés à détenir un tiers du capital.    

Euronext : l'introduction en bourse de la bourse de Paris est lancée

 

La Bourse de Paris… bientôt cotée en Bourse ! L’opérateur boursier américain InterContinentalExchange Group (ICE) a lancé le processus d’introduction en Bourse d’Euronext, société opératrice des Bourses de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne. ICE n’a pas communiqué le calendrier de l’IPO (acronyme anglais de cotation en Bourse) mais selon plusieurs sources de presse, l’opération devrait intervenir d’ici le début de l’été. Lors de la présentation de ses derniers résultats trimestriels intervenue le 8 mai dernier, le management du cédant évoquait une échéance au mois de juin.

Vente de tout ou partie des actions détenues par ICE

L’introduction en Bourse envisagée permettra à Euronext de reprendre son indépendance 7 ans après sa fusion avec le New York Stock Exchange (Nyse) et quelques mois après le rachat de Nyse Euronext par ICE, bouclé en novembre dernier. Dans un communiqué, ICE précise que l’opération « consistera en la vente secondaire de tout ou partie des actions ordinaires d’Euronext ». Il est donc question de cession de titres existants et non d’augmentation de capital pour renforcer les fonds propres de l’entreprise.
La mise sur le marché de la Bourse paneuropéenne sera ouverte aux particuliers. « L’offre consistera en une offre au public pour les investisseurs institutionnels et investisseurs individuels aux Pays-Bas, en France, en Belgique et au Portugal », indique ICE. Le prix par action n’a pas encore été rendu public. Un placement privé auprès d’investisseurs institutionnels, notamment nord-américains, est également au programme.

L’Etat français au capital via BPIfrance et la CDC

L’introduction en Bourse sera précédée par la vente d’environ un tiers du capital à un noyau dur de grands actionnaires, « avec une décote limitée par rapport au prix de l’introduction en Bourse » annonce le vendeur. Dix établissements financiers sont partie prenante. On compte quatre Français dont BNP Paribas, la Société Générale, la Caisse des Dépôts et la Banque publique d’investissement (BPIfrance), deux groupes néerlandais (ABN Amro et ASR Nederland), le Portugais Banco Espirito Santo ainsi que les Belges Fortis (groupe BNP), Euroclear et la Société Fédérale de Participations et d’Investissement (SFPI), un holding public belge. Tous vont prendre un engagement de conservation de leurs titres pendant une période de 3 ans après la fixation du prix de l’introduction en Bourse, dans le cadre d’un pacte d’actionnaires.

Michel Sapin, ministre des Finances et des Comptes publics, a salué cette annonce, notamment la constitution d’un « groupe stable d’actionnaires de référence ». Le gouvernement compte en effet sur la Place de Paris pour contribuer au financement des entreprises françaises, notamment au travers d’introductions en Bourse et de levées de capitaux. D’où le lancement en mars 2014 du PEA PME, un plan d’épargne en actions dédié à l’investissement au capital des PME-ETI françaises et européennes.

 

Euronext, une entreprise en bonne santé

Selon les résultats du groupe ICE au premier trimestre 2014, Euronext a affiché une croissance de 16% de ses volumes de trading sur la période. Son chiffre d’affaires a atteint 136 millions de dollars américains (M$) pour une marge opérationnelle de 41% et un résultat net de 36 M$. L’entité génère de la trésorerie, avec un cash-flow d’exploitation de 39 M$.