Finance solidaire : le profil de l’épargnant type


Selon une étude menée par l'association Finansol, l'épargnant solidaire moyen a 45 ans et vit en région parisienne. Le montant moyen placé s'élève à 4.306 euros par an.      

Logo Finansol

L’épargne solidaire séduit de plus en plus de Français. En un an le nombre de souscripteurs à un produit solidaire a bondi de 15,4%, dépassant le million. Mais qui sont-ils vraiment ? C’est ce que révèle une étude réalisée par l’association Finansol, publiée le 20 mai 2014, dans le cadre du 12ème baromètre de la finance solidaire Finansol – La Croix.

 

Des épargnants engagés, mais pas seulement

« Avec cette étude, nous avons souhaité dresser la carte d’identité des épargnants solidaires, leur mode de vie, leur attitude face à l’argent », avance la directrice de Finansol, Sophie des Mazery. Selon l’étude, l’épargnant solidaire moyen est un homme âgé de 45 ans, qui place en moyenne 4.306 euros par an. Plus le souscripteur gagne en âge, plus il épargne : le montant annuel moyen épargné par les plus de 70 ans se monte ainsi à 11.051 euros. Deux motivations se dégagent dans cette étude : la démarche proactive ou par conviction et la démarche occasionnelle, sans engagement affirmé. « Les démarches ponctuelles sont plus importantes qu’au début. Mais ils ont « un pied dedans », rien ne les empêchent d’évoluer vers le solidaire », se réjouit Sophie des Mazery.

 

Essentiellement un salarié quarantenaire

L’étude pointe également que l’épargne salariale représente plus de 50% de l’encours global solidaire. Soit 3,7 milliards d’euros sur un total de 6,02 milliards d’euros. Ce alors que « l’encours global a progressé de 28,33% de 2012 à 2013, explique Sophie des Mazery. On peut expliquer ce bon résultat par une poursuite du développement de l’épargne salariale solidaire, notamment par l’obligation qui est faite aux entreprises de proposer au moins un fonds solidaire parmi l’ensemble des fonds sélectionnés ». L’épargnant solidaire classique serait ainsi un salarié. Annuellement, il verse 3.485 euros dans des PEE, des PEI, des PERCO ou DES PERCOI.

 

Légèrement plus âgé (49 ans) que la moyenne des épargnants, le souscripteur de parts d’entreprise solidaire devient plus présent sur le marché (8,8% des souscriptions totales en 2013). Des prises de risque somme toute assez mesurées, puisque si le montant moyen placé se chiffre à 3.449 euros, plus de la moitié des sondés ont investi moins de 100 euros.

 

Les femmes portent l’épargne bancaire

« On a pu observer une féminisation progressive de l’épargnant solidaire ces dernières années. On imagine un rééquilibrage à terme », note la directrice de Finansol. Une tendance illustrée par l’intérêt grandissant des femmes pour l’épargne bancaire. Agée en moyenne de 52 ans, elle place 11.510 euros par an sur des livrets, des contrats d’assurance vie ou encore des parts d’OPCVM (fonds communs de placement et Sicav) à connotation solidaire. Cet engouement a poussé les produits bancaires à prendre une nouvelle dimension dans le paysage de l’épargne solidaire. En 2013, ils ont représenté plus de 30% (1,9 milliard d’euros) de l’argent placé dans l’économie solidaire. Mais cet essor n’est pas encore dû à une offre très étoffée. Seuls quelques établissements bancaires proposent à leurs clients des livrets d’épargne ou des assurances vie solidaires. Pour preuve, on ne dénombre que le Contrat solidaire distribué par le Crédit Agricole et Assurance-vie Entraid’Epargne de la Carac labellisés Finansol.

 

A quoi sert l’épargne solidaire ?

 

Gage de transparence, le label Finansol a été octroyé à 122 produits d’épargne en 2013. Il assure que votre argent sert bien à des projets à forte utilité sociale et environnementale. Ainsi, le financement solidaire a permis la création ou la consolidation de 22.000 emplois en 2013 via le soutien de 2.300 entreprises solidaires. 3.500 ménages en situation de précarité ont eu accès à un logement. Quant à l’aspect écologique, 28 éoliennes installées dans l’Hexagone ont produit l’énergie nécessaire à la consommation annuelle de 8.500 ménages.