FIP et FCPI : collecte en baisse de 15% en 2011


Les fonds d'investissement de proximité (FIP) et les fonds communs de placement dans l'innovation (FCPI) ont enregistré une collecte de 757 millions d'euros en 2011, en diminution de 15% par rapport à 2010.

placement, epargne,

Globalement, la collecte s’est opérée à 97% par l’intermédiaire de 109 nouveaux fonds créés en 2011 dont 59 FIP et 50 FCPI et 3% par des fonds déjà existants d’après l’enquête annuelle de l’association française de la gestion financière (AFG) et de l’association française des investisseurs en capital (AFIC). La période de souscription de ce type de fonds étant généralement limitée à une année fiscale. Ces fonds sont gérés par 39 maisons de gestion. La baisse de la collecte s’est accompagnée d’un fort recul du nombre de souscripteurs (-27%) avec 91.000 personnes fin 2011 contre 124.000 en 2010 et 145.000 en 2008.

Selon les deux associations de professionnels de la gestion, la diminution des montants investis dans ces fonds est essentiellement imputable au recul important de la collecte des véhicules souscrits au titre de l’impôt sur le revenu (IR). Ces chiffres traduisent la forte dépendance de ce produit à l’avantage fiscal dont il bénéficie, passé de 25% à 22% dans le cadre du coup de rabot décidé par le gouvernement fin 2010. En toute logique, ce repli devrait continuer en 2012 du fait d’un nouvel abaissement de la réduction fiscale de 22 à 18% décidé dans le cadre du plan de rigueur de fin 2011.

A titre de comparaison, la collecte des fonds souscrits au titre de l’impôt sur la fortune (ISF) a progressé de 17%. Le nombre de souscripteurs a dans le même temps, reculé de 17%, suite à « la suppression de la première tranche de l’ISF et au report de la tranche supérieure ».

Hervé Schricke président de l’AFIC et Paul Henri de La Porte du Theil, président de l’AFG, ont rappelé dans un communiqué commun l’importance de cette collecte pour le financement des petites et moyennes entreprises (PME) en France, en particulier du fait de durcissement des conditions d’octroi de crédits qui les affecte. Ce sujet constitue « un enjeu majeur des élections présidentielles » en 2012, selon eux.