Fiscalité de l’épargne : l’Afer demande des gages au gouvernement


Une nouvelle fois, l’Association française d’épargne et de retraite (Afer) monte au créneau et exhorte le gouvernement à redonner confiance dans l’épargne. Lors des premières Assises de l’Epargne et de la Fiscalité organisées par l’Afer le 8 avril 2014 à Paris, son président Gérard Beckerman a prôné la nécessité de mettre en place un cadre fiscal stable pour l’épargne en France : « Nous avons besoin de règles simples, claires et stables », a plaidé le dirigeant de la plus importante association d’épargnants de France devant les nombreux parlementaires présents.

Déjà, en octobre 2013, l’Afer, qui regroupe plus de 710.000 adhérents, avait lancé une pétition sur son site internet contre l’extension des prélèvements sociaux à 15,5% sur les gains de certains contrats d’assurance vie prévue dans le Budget de la Sécurité sociale pour 2014 (LFSS 2014). « Nous avons besoin que le statut de l’assurance vie soit reconnu dans son caractère aléatoire. Nous avons besoin de sécurité car notre épargne est sans cesse attaquée. L’AFER demande donc au Gouvernement un code de l’épargne », a indiqué Gérard Berckerman. Une demande notamment appuyée par le député UMP de la Drôme Hervé Mariton, qui s’est prononcé pour l’adoption de « la non rétroactivité fiscale, un élément fondamental de confiance ».

Pour rappel, le président de la République François Hollande s’est engagé sur le principe d’une stabilité de la fiscalité de l’épargne jusqu’à la fin du quinquennat, en 2017.