François de Witt (Finansol) sur l’assurance vie solidaire : « un intérêt grandissant » (exclusif)


« Les diffuseurs de contrats pourraient proposer des fonds en euros avec une poche solidaire ou des unités de compte investies en titres non cotés émis par des organismes solidaires ».

INTERVIEW EXCLUSIVE. François de Witt, seuls les contrats Multilib Sélection Ethique et Partage d’Avip (groupe Allianz) et Entraid’Epargne (Carac) sont labellisés Finansol dont vous êtes le président. Pourquoi l’assurance vie accorde-t-elle une place si réduite à l’épargne solidaire, contrairement à l’Investissement Socialement Responsable (ISR) ?

Ce n’est pas par résistance de principe mais tout simplement parce que les assureurs n’y ont pas pensé. L’explication fondamentale tient au fait que les placements solidaires sont encore un concept confidentiel même si nous sentons à l’occasion de cette 3ème semaine de la finance solidaire un intérêt beaucoup plus grand que les années précédentes. Avec 500 millions d’euros, l’investissement solidaire a un volume encore limité même s’il a vocation à se développer. Les perspectives sont très favorables.

De plus, l’épargne solidaire et l’ISR relèvent d’une logique différente. Quand l’ISR intègre des critères extra-financiers, de nature sociale ou environnementale, en plus des critères purement financiers, l’épargne solidaire, elle, permet de financer des entreprises ou des associations à forte utilité sociale participant à une économie durable et de proximité qui n’ont pas accès aux financements via des circuits traditionnels.

Quels mécanismes et quels types de produits peuvent être mis en œuvre pour développer le réflexe solidaire dans la recherche de placements financiers dans le cadre de l’assurance vie ?

On peut imaginer des contrats où les diffuseurs proposeraient à leurs clients des fonds en euros dans lesquels il y aurait une poche solidaire avec des titres émis par des organismes solidaires, à côté des emprunts d’Etat. Cela n’existe pas pour le moment mais il y a des acteurs qui y réfléchissent [Nous lui parlons alors de la MAIF, assureur mutualiste qui propose déjà le livret Epargne Autrement, labellisé Finansol], comme la MAIF. Autre technique, proposer des unités de compte (UC) investies en titres non cotés émis par des organismes solidaires. Ce type d’approche serait complexe à mettre en œuvre : cela pose le problème de la liquidité alors que les Sicav et FCP sont habituellement investis en titres cotés.

Quels sont les mécanismes de solidarité prévue dans le cadre des contrats Multilib Sélection Ethique et Partage et Entraid’Epargne ?

Le mécanisme de solidarité prévu dans le cadre du contrat Entraid’Epargne de la Carac est un système de partage où la moitié des frais d’entrée est reversée par la Carac à des associations reconnues d’intérêt général. Le souscripteur fait ainsi don de 1% de chacune des sommes versées sur son contrat à l’association de son choix parmi les 4 sélectionnées.

De son côté, Multilib Sélection Ethique et Partage est un contrat haut de gamme qui soutient l’association Habitat et Humanisme de plusieurs manières : une partie des frais de souscription est reversée à l’association, le fonds en euros Avip Sécurité2 est partiellement investi dans la société foncière d’Habitat et Humanisme. Le FCP Habitat et Humanisme, proposé dans la gamme de fnods du contrat, verse un quart de son coupon à l’association, le souscripteur renonce ainsi à une partie de sa rémunération.