GeNeuro : une IPO pour une nouvelle thérapie contre la sclérose en plaques


La société biopharmaceutique, spin-off de bioMérieux, espère lever 35 à 46,3 millions d'euros sur Euronext Paris, dans l'optique de financer son expansion aux Etats-Unis et de finaliser le développement de son candidat-médicament destiné à s'attaquer aux causes de la sclérose en plaques.

La biotech GeNeuro souhaite se développer aux Etats-Unis

GeNeuro ouvre le bal des introductions sur le marché d’Euronext Paris en 2016. Spécialisée dans la recherche de nouveaux traitements pour les maladies auto-immunes, la biotech franco-suisse souhaite mettre au point son anticorps monoclonal GNbAC1. Ce candidat médicament doit s’attaquer directement aux causes de la sclérose en plaques, une maladie affectant le système nerveux central, « plutôt que d’interférer avec la réponse immunitaire de l’organisme comme le font la plupart des traitements actuels », explique la société sur son site internet.

 

Pour Jesús Martin-Garcia, le PDG et co-fondateur de GeNeuro, « c’est un nouveau paradigme dans le traitement des patients ». L’objectif consiste à neutraliser dans le cerveau la protéine MSRV-Env, potentiellement à l’origine de la sclérose en plaques. Les effets inflammatoires et neurodégénératifs pourraient ainsi être freinés, voire la progression de la maladie stoppée. Le système immunitaire ne serait quant à lui pas touché et resterait intact. Cette nouvelle approche, résultat de 25 années de recherches, serait plus efficace et très sûre, selon Jesús Martin-Garcia. Pour poursuivre son développement, notamment aux Etats-Unis, GeNeuro espère lever 35 à 46,3 millions d’euros en Bourse.

Deal à plus de 300 millions d’euros potentiels avec Servier

La biotech est le fruit d’une externalisation de bioMérieux, spécialisé dans le diagnostic in vitro, opérée en 2006 auprès de l’incubateur d’entreprises Eclosion. Actuellement, elle dispose de l’appui financier du laboratoire Servier, grâce à un accord de collaboration et de licence conclu en novembre 2014. Le groupe pharmaceutique assure le financement de la phase IIb du GNbAC1, lancée en novembre 2015, par le versement en plusieurs étapes de 37,5 millions d’euros. Ces nouveaux tests porteront sur 260 patients en Europe, dans près de 70 centres. Leurs résultats seront rendus publics en deux temps, fin 2017 et courant 2018.

Actionnaire à hauteur de 8,6% de GeNeuro depuis décembre 2015, le laboratoire s’est engagé avec l’Institut Mérieux à souscrire à l’augmentation de capital réalisée sur Euronext, pour conserver son niveau de participation au sein de l’entreprise. Une tranche de 10% de l’offre à prix ouvert (OPO) est réservée aux investisseurs particuliers.

La biotech estime à 2,5 millions le nombre de patients touchés par la sclérose en plaques dans le monde. Les traitements, aujourd’hui incapables d’arrêter la maladie, représenteraient un marché de près de 20 milliards de dollars par an. Dans le cadre de son partenariat avec Servier, GeNeuro doit conserver les droits de son traitement causal pour les Etats-Unis, soit 66% du marché mondial selon EvaluatePharma, et pour le Japon. La société percevra également des redevances (royalties) sur les ventes futures réalisées par Servier, en cas d’obtention d’une autorisation de mise sur le marché (AMM). Le laboratoire pourrait même verser jusqu’à 325 millions d’euros supplémentaires au titre de paiements d’étapes.

Développement en solo aux Etats-Unis

Les fonds levés par GeNeuro dans le cadre de son introduction en Bourse serviront notamment au déploiement de l’entreprise aux Etats-Unis, où elle envisage à terme d’ouvrir une filiale. Plusieurs centres cliniques doivent voir le jour outre-Atlantique au cours de la phase IIb du GNbAC1. L’objectif consiste à lancer une phase III (dernière étape avant la demande d’AMM, ndlr) couvrant à la fois l’Europe et les Etats-Unis, afin d’obtenir l’enregistrement de l’anticorps sur les deux territoires.

La sclérose en plaques n’est pas la seule pathologie où son approche pourrait avoir un rôle à jouer. L’augmentation de capital doit ainsi permettre à GeNeuro de financer le développement du GNbAC1 pour le traitement d’autres maladies auto-immunes, comme le diabète de type 1 et des pathologies touchant le système nerveux. La société envisage à ce titre la réalisation d’essais précliniques et cliniques de phase II du GNbAC1 pour des maladies où l’on détecte le MSRV-Env dans les tissus affectés, ainsi que le renforcement de ses travaux en coopération avec la recherche académique. Une large part des sommes levées dans le cadre de cette introduction en Bourse pourrait être consacrée à cette diversification.

Geneuro : modalités de l’introduction en Bourse


Marché de cotation

Euronext Paris – compartiment B


Codes de l’action

Mnémonique : GNRO
Code ISIN : CH0308403085


Fourchette de prix indicative

12,65 – 15,95 euros par action (prix médian : 14,30 euros)


Nature de l’opération

Augmentation de capital (35M€ en milieu de fourchette)


Nombre de titres émis

Entre 2.450.000 et un maximum de 3.240.125 actions ordinaires nouvelles à émettre


Eligibilité des titres

Compte-titres


Calendrier de l’IPO

Mercredi 30 mars 2016 : visa de l’AMF sur le prospectus
Jeudi 31 mars 2016 : ouverture de l’offre
Mercredi 13 avril 2016 : clôture de l’offre pour les particuliers à 17 heures (guichets de banque) ou 20 heures (achats par Internet)
Jeudi 14 avril 2016 : résultat de l’offre, exercice éventuel de la clause d’extension
Vendredi 15 avril 2016 : début des négociations
Lundi 18 avril 2016 : règlement-livraison des actions
Vendredi 13 mai 2016 : date limite d’exercice de l’option de surallocation

L’interiew du PDG, Jesús Martin-Garcia : 

A lire aussi sur les IPO
Introduction en Bourse : à quoi sert votre argent ?