Groupe Mare Nostrum : introduction en Bourse pour financer sa forte croissance


Le groupe de travail temporaire Mare Nostrum, basé à Grenoble, a levé des fonds pour se développer sur ses métiers connexes (recrutement, formation, portage salariale) notamment par acquisition de sociétés. Après une phase de structuration à l’occasion de son introduction en Bourse qui a pesé sur ses résultats, l’entreprise compte restaurer sa rentabilité.

Mare Nostrum : une introduction en Bourse par augmentation de capital

Après Crit, Synergie et DLSI, le secteur de l’intérim compte une quatrième entreprise cotée à la Bourse de Paris. Le groupe de travail temporaire Mare Nostrum a réussi son introduction en Bourse (ou IPO, acronyme d’entrée en Bourse en anglais) sur Euronext Growth, le compartiment de la Bourse de Paris dédié aux entreprises de croissance. L’opération a pris la forme d’une augmentation de capital d’un montant de 7,9 millions d’euros, la rallonge pour répondre à une forte demande ayant été activée (exercice de la clause d’extension).

L’opération a remporté un grand succès auprès des particuliers, 4,6 millions d’euros ayant été demandés dans le cadre d’une offre à prix ouvert (OPO) qui leur était réservée.

Pour les néophytes >> Débuter en Bourse : comment investir dans les actions 

La réalisation de la levée de fonds était déjà garantie, 5,33 millions d’euros d’obligations convertibles ayant été converties en actions à l’occasion de l’introduction en Bourse, dont une partie en paiement d’une opération de croissance externe tout juste finalisée (voir plus bas). Les autres porteurs d’obligations convertibles sont les managers et la société Delta Drone, déjà cotée en Bourse, partenaire du groupe dans les métiers de la formation, de l’intérim, de la sécurité et de événementiel autour de l’utilisation de drones professionnels.

Course de Bourse de l’action Mare Nostrum – ALMAR

A l’ouverture du marché le 4 décembre, l’action ALMAR a ouvert en forte hausse par rapport au prix d’introduction (+14,5%) à 6 euros, avant de clôturer en repli de 6,3%. Le titre s’est ensuite rapproché du prix d’introduction lors des séances suivantes.

L’historique du cours de Bourse de l’action Mare Nostrum (Code ISIN FR0013400835) est le suivant :

  • 6 décembre : 5,20 euros en clôture (+0,78%), 5,28 euros à l’ouverture
  • 5 décembre : 5,16 euros en clôture (+5,09%), 4,92 euros à l’ouverture
  • 4 décembre : 4,91 euros en clôture (-6,30%), 6 euros à l’ouverture
  • Cours le plus haut depuis l’IPO : 6 euros (6 décembre 2019)
  • Cours le plus bas depuis l’IPO : 4,91 euros (6 décembre 2019)

Les premiers échanges des actions sur Euronext Growth Paris sont intervenus le 4 décembre.

Mare Nostrum, un groupe de travail temporaire multimarques tourné vers le BTP

Basé à Grenoble, Mare Nostrum doit sa création en 2002 à la rencontre de Nicolas Cuynat, ancien directeur d’agence puis responsable du secteur Grand Travaux de Randstad et de Thierry de Vignemont, directeur de l’agence Ecco BTP de Grenoble (groupe Adecco)… juste en face de celle de Nicolas Cuynat.

Le groupe, qui s’est essentiellement développé par croissance interne, opère d’abord dans le BTP, la spécialité d’origine du groupe, qui représente encore 74% de son activité Travail temporaire à fin 2018.  L’industrie et les services (transport-logistique inclus) représentent respectivement 15% et 11%. Les PME-ETI totalisent 90% de la clientèle.

Dès ses débuts, le groupe a développé une activité de recrutement à côté du travail temporaire, avant que les agences d’intérim ne se voient autorisées d’exercer des prestations annexes à partir de 2007 en France.

Aujourd’hui, le groupe opère sous 9 marques sur le marché du travail temporaire (AL&CO, Tridentt Travail Temporaire, Illico Intérim, etc.) dont deux illustrant les savoir-faire spécifiques du groupe : Grand Travaux Facilities, spécialisée dans la fourniture de main d’œuvre sur des grands chantiers tels que celui du Grand Paris, et Altitude Facilites, qui recrute des profils (poseurs de canalisations, maçons, ouvriers polyvalents, monteurs canons à neige, installateurs remontées mécaniques…) pour effectuer des travaux dans les stations de ski avant l’ouverture des domaines skiables des Alpes et des Pyrénées.

Les agences du groupe se trouvent au sud d’un axe Nantes-Lyon, implantation complétée par une présence en région parisienne. « Nous sommes implantés dans des bassins d’emplois souvent délaissés par les majors du secteur, et impliqués dans le tissu sportif et associatif local », précise le PDG Nicolas Cuynat.

Expertise de Mare Nostrum dans le sourcing en Europe

L’une des spécificités de Mare Nostrum, « un véritable atout concurrentiel » pour le PDG, repose sur ses cinq implantations en Europe (2 au Portugal, 2 en Roumanie, 1 en Pologne) qui lui permettent de recruter des profils qualifiés qui font parfois défaut en France. Réponse à la pénurie de compétences, ce sourcing qui représente entre 400 et 600 personnes employées soit plus ou moins 20% de son effectif intérimaire.

Les candidats ainsi sélectionnés se voient proposer du travail en France, dans le cadre d’un contrat de travail de droit français, une formation systématique, voire la recherche d’un logement. Le groupe peut être amené « à s’occuper de toutes les démarches administratives et logistiques afin que ce candidat arrive en France sans que ni le candidat ni la société cliente n’aient à s’occuper de quoi que ce soit », indique Mare Nostrum dans son document d’introduction en Bourse.

Relais de croissance dans des métiers complémentaires ou connexes

Engagé dès ses débuts dans des activités complémentaires ou connexes à l’intérim  (recrutement dès 2002, organisme de formation en 2006, sourcing de compétences au Portugal en 2007, accompagnement et reconversion de sportifs de haut niveau en 2009), le groupe a mis un coup d’accélérateur ces deux dernières années en procédant à plusieurs opérations de croissance externe :

  • rachat en avril 2018 de 70% d’Altros Services dans le portage salarial
  • acquisition en mars 2019 de 51% de la société suisse Linkeys (application mobile de recrutement par cooptation)
  • prise de participation en juin 2019 de 4% de Prismo, portail spécialisé dans le sourcing et le matching de candidats

D’autres opérations de ce type sont envisagées par le management pour renforcer le poids des activités recrutement, formation et portage salarial/mobilité professionnelle dans le chiffre d’affaires du groupe, à plus fortes marges. En 2021, la part du travail temporaire dans le chiffre d’affaires global devrait tomber à moins de 88%, contre 95,4% en 2017.

Stratégie de développement tous azimuts

Désireux de conserver une croissance organique soutenue (+23% hors croissance en 2017 comme en 2018, +11% au premier semestre 2019), le groupe souhaite diversifier son offre, accélérer sa digitalisation et se déployer géographiquement.

Pour y parvenir, sa stratégie de développement se décline selon les axes suivants :

  • élargissement de l’offre dans le travail temporaire sur des métiers moins sensibles à la conjoncture et aux aléas climatiques (médical et paramédical par exemple) ou en forte croissance comme le transport et la logistique
  • extension du sourcing à l’international, l’Espagne figurant parmi les pays ciblés
  • renforcement du cross selling (ventes croisées, NDLR) en proposant l’offre d’au moins deux marques du groupe à chaque client (10% des clients sont aujourd’hui multimarques)
  • déploiement des job stores baptisés Terra Nostra, qui regroupent l’ensemble de l’offre Mare Nostrum dans un même magasin, à effectif constant, afin de favoriser les ventes croisées et d’améliorer la rentabilité. L’ouverture d’une dizaine de magasins Terra Nostra est prévue, en complément des trois premiers ouverts à Bourgoin-Jallieu, Grenoble et Bourg d’Oisans (Isère) en 2019
  • expansion géographique en priorité dans les grandes métropoles et en région parisienne.

Le groupe n’exclut pas de recourir à la croissance externe pour arriver à ses fins.

La structuration du groupe pèse sur les résultats

Dans la perspective de son introduction en Bourse, Mare Nostrum a conduit un vaste de plan de structuration afin d’être en capacité d’absorber sa croissance actuelle et future. L’organigramme juridique a été rationalisé et des cadres ont été nommés pour diriger les fonctions support. Reste à investir dans des outils de pilotage de l’activité, les dirigeants privilégiant une solution de business intelligence plutôt qu’un ERP afin de réduire l’investissement afférent de plus de 50% (devis initial de 2 millions d’euros).

Cette transition, couplée à la forte croissance de l’activité travail temporaire sur les marchés du Grand Paris (nécessitant de déplacer sur une grande distance et de loger les intérimaires), pèse sur les résultats 2018 et 2019 du groupe. Après avoir atteint 4% du chiffre d’affaires en 2017 et 1,2% en 2018, la rentabilité d’exploitation devrait tomber à 0,8% cette année avant de se redresser à 3,5% en 2021 puis 4,1% en 2021 selon l’analyse financière de Champeil, l’établissement financier introducteur de Mare Nostrum.

Pour ce faire, le groupe devrait mieux couvrir ses charges fixes, améliorer sa marge brute sur le travail temporaire grâce à une hausse des prix chez certains clients, et bénéficier d’un poids croissant des activités mieux margées.

Introduction en Bourse pour financer la croissance

L’introduction en Bourse vise d’abord à réduire l’endettement du groupe par conversion d’obligations en actions et, pour le solde (30% des fonds levés), à financer sa croissance, notamment le déploiement des job stores Terra Nostra.

À l’horizon 2021, Mare Nostrum pourrait réaliser un chiffre d’affaires d’environ 199,3 millions d’euros (contre 148,6 millions à fin 2018) pour un résultat d’exploitation de 8,2 millions d’euros et un résultat net part du groupe de 3,5 millions d’euros.

Ces perspectives incluent notamment l’acquisition de 90% du capital d’AT Patrimoine, spécialisée dans la formation de concierges, gardiens et employés d’immeubles (5,6 millions d’euros de CA), réalisée le 7 novembre 2019.

Cette opération a été financée pour partie par la souscription d’un emprunt obligataire au profit du cédant d’un montant de 2,5 millions d’euros, pour une autre par un emprunt bancaire à hauteur de 5 millions d’euros au plus tard le 30 novembre 2019 et 0,6 million au plus tard le 31 mars 2021. Un complément de prix d’un montant maximum de 2,7 millions d’euros pourrait être dû par Mare Nostrum au cédant d’AT Patrimoine au 31 mai 2022.

À lire aussi >> Introduction en Bourse : où va l’argent ?

Prix de l’action Mare Nostrum et valorisation

L’introduction en Bourse s’est effectuée au prix de 5,24 euros par titre, légèrement inférieur à la fourchette de prix indicative comprise entre 4,96 euros et 5,78 euros par action (5,37 euros de prix médian).

Au prix médian et sur la base des prévisions pour 2020 de Champeil, l’opération faisait apparaître les multiples de valorisation suivants :

  • VE/CA (valeur d’entreprise ramenée au chiffre d’affaires) :  0,29 contre 0,21 en moyenne pour un échantillon de sociétés comparables (Crit, Synergie, DLSI, source IDMIDCaps)
  • VE/Rex (valeur d’entreprise ramenée au résultat d’exploitation) : 8,3 contre 4,6
  • PER (ratio prix de l’action sur bénéfices) : 12,4 contre 9,6

Ces multiples, plus élevés que les comparables cotés en France, peuvent s’expliquer à la fois par la forte croissance du groupe mais aussi par la baisse récente de ses résultats. A l’horizon 2021, les multiples de valorisation se rapprocheraient de ceux de ses pairs.

IPO de Mare Nostrum : modalités, code ISIN

Modalités de l’introduction en Bourse Mare Nostrum

  • Marché de cotation : Euronext Growth
  • Code mnémonique de l’action : ALMAR
  • Code ISIN : FR0013400835
  • Prix / fourchette d’introduction : 5,24 euros par titre
  • Nature de l’opération : augmentation de capital, majoritairement par compensation de créances
  • Nombre de titres proposés : 1.526.717 actions finalement émises du fait de l’exercice en totalité de la clause d’extension
  • Éligibilité des titres : PEA, PEA-PME, compte-titres

Dates de l’introduction en Bourse

  • 14 novembre 2019 : conseil d’administration décidant des modalités de l’opération
  • 15 novembre 2019 : ouverture de la période de souscription
  • 28 novembre 2019 : clôture de l’offre à prix ouvert (OPO) à 17 heures pour les souscriptions au guichet de banque et à 20 heures pour les ordres passés en ligne
  • 29 novembre 2019 : annonce du résultat de l’offre
  • 3 décembre 2019 : règlement-livraison des titres
  • 4 décembre 2019 : début des négociations des actions sur le marché Euronext Growth d’Euronext Paris

Réunions d’information d’actionnaires individuels

Des réunions d’information d’actionnaires individuels sont prévues partout en France pour assister à la présentation du groupe dans le cadre de son entrée en Bourse. Les lieux, dates et horaires de ces réunions sont les suivantes :

  • Bordeaux – 18 novembre :  18h30 – Palais de la Bourse – Inscription : bordeaux@aelium.fr
  • Biarritz – 19 novembre : 18h30 – Golf d’Arcangues – 18h30 – Inscription : biarritz@aelium.fr
  • Grenoble – 20 novembre : 18h30 – Stade Lesdiguières – Inscription : grenoble@aelium.fr
  • Montauban – 21 novembre : 18h – Abbaye des capucins – Inscription : montauban@aelium.fr
  • Paris – 21/22 novembre : Salon Actionaria – Palais des Congrès – Inscription : paris@aelium.fr
  • Toulouse – 22 novembre :  12h30 – Mas Tolosa (Plaisance-du-Touch) – Inscription : toulouse@aelium.fr
  • Perpignan – 24 novembre :  11h – Stade USAP Aimé-Giral – Inscription : perpignan@aelium.fr
  • Lyon – 25 novembre : 17h30 –  The Lyinc (place de la Bourse) – Inscription : lyon@aelium.fr
  • Toulon – 25 novembre : 18h – Grand Hôtel des Sablettes (La Seyne sur Mer) – Inscription : toulon@aelium.fr
  • Tarbes – 26 novembre : 18h30 – Stade Maurice Trélut– Inscription : tarbes@aelium.fr
  • Chambéry – 26 novembre : 18h – Le Phare – Inscription : chambery@aelium.fr