Hausse de la taxe sur l’or : un choix « aberrant » pour AuCOFFRE.com


Le président du site AuCOFFRE.com, Jean-François Faure, s'indigne face au relèvement de la taxe forfaitaire sur l'or, choix qu'il qualifie « d'aberrant ». Il soulève la nécessité de créer une cotation officielle de l'or pour consommateurs et professionnels.

Une cotation officielle sur l'or doit être créée et non un relèvement de taxe

 

La hausse de la taxe forfaitaire sur l’or suscite l’indignation chez les professionnels. Jean-François Faure, président du site d’achat en ligne d’or et d’argent physique AuCOFFRE.com s’indigne dans un communiqué : « Il est aberrant de penser que taxer plus un produit d’épargne connaissant un cours à la baisse va permettre de dégager un rendement intéressant pour financer un placement à la hausse », suite à l’adoption de l’amendement sur le relèvement à 12% de la taxe sur les objets et métaux précieux en Commission des finances le jeudi 10 octobre 2013.

Plus précisément, l’amendement propose d’augmenter la taxe forfaitaire à laquelle est soumise toute vente ou exportation d’objets en or, argent ou platine. Or, selon le président du site, augmenter cette taxe fera fuir les consommateurs qui iront vendre leurs biens à l’étranger, « pour éviter cette taxe confiscatoire ».

Beaucoup de consommateurs optent néanmoins pour un régime de droit commun des plus-values des particuliers, qui les exonère de toute taxe sur les plus-values réalisées après douze années de détention. En faisant ce choix, ils ne seront donc pas touchés par ce relèvement. De même, toute cession ou exportation de moins de 5.000 euros est exonérée.

 

Nécessité d’une cotation officielle

 

Jean-François Faure déplore que le gouvernement n’ait pas plutôt opté pour la création « d’une cotation officielle sur l’or », qui permettrait une augmentation des taxes collectées tout en préservant le pouvoir d’achat du consommateur. Cette cotation serait ainsi appliquée à la revente de produits à prix réel de leur négoce et non très en dessous parfois de leur prix initial. Il cite notamment des « liberty américaines revendues au poids, soit 20% en dessous de leur prix réel », explique le président du site.

Autre discordance de cette taxe : les bijoutiers peuvent racheter de l’or (y compris de l’or d’investissement) sans s’acquitter d’aucune taxe au motif que l’or va être refondu immédiatement. Seule solution pour le président du site : une application de la taxe à 7,5% sur tous les objets et métaux précieux (y compris pour les bijoutiers) et harmoniser les différentes cotations pour amoindrir une perte du pouvoir d’achat du consommateur.

 

A lire aussi sur le sujet :

Quelle fiscalité pour la vente d’or en cas de moins-values ?

Les professionnels de l’or favorables à une plus forte régulation, sous conditions

Vers une plus forte régulation du marché de l’or ?