Hollande « s’attaque » à la fiscalité de l’assurance vie pour Sarkozy


Nicolas Sarkozy a annoncé sa volonté de laisser inchangé le régime fiscal de l'assurance vie en cas de réélection, dans un entretien accordé à l'hebdomadaire financier Investir Le Journal des Finances. Pour le candidat UMP à l'élection présidentielle, les propositions de François Hollande reviennent à alourdir la fiscalité de l'épargne.

fiscalite, assurance-vie, hollande, sarkozy, élection

Statu quo en vue pour le régime fiscal de l’assurance vie, si Nicolas Sarkozy est réélu président de la République. Le candidat UMP à l’élection présidentielle et actuel président de la République n’entend pas modifier la fiscalité du produit d’épargne aux 1380 milliards d’euros d’encours et égratigne le « projet » de son concurrent socialiste dans une interview publiée vendredi 6 avril 2012 par Investir-Le Journal des Finances.

« Refus » de modifier la fiscalité de l’assurance vie

Rappelant que sous son quinquennat, « les fondements de l’assurance-vie n’ont pas été modifiés », le candidat à sa réélection a exprimé clairement sa volonté de rester sur cette ligne. « Je refuse qu’on les modifie. Le candidat du Parti socialiste veut revenir dessus, pas moi. C’est le placement d’épargne préféré des Français, avec 20 millions de contrats. Il a besoin de stabilité et de visibilité », a-t-il déclaré.

Nicolas Sarkozy s’en est également pris aux moyens qu’il prête à François Hollande pour restaurer les finances publiques. « Le seul calcul qui compte consiste à savoir comment sera financé le retour à l’équilibre budgétaire. Si c’est essentiellement par des impôts en plus, la fiscalité de l’épargne sera alourdie chaque jour un peu plus. C’est le sens du projet du candidat socialiste, qui s’attaque même à l’assurance- vie. Ce n’est pas le mien. Je considère que la priorité est de baisser les dépenses publiques », estime-t-il.

Plus globalement, le président sortant a jugé nécessaire le lancement d’un débat sur l’imposition des produits d’épargne en vue d’améliorer le financement de l’économie. « Je pense qu’en tout état de cause, une réflexion sur la fiscalité de l’épargne dans sa globalité est nécessaire pour que l’épargne des Français, qui est abondante, contribue de manière optimale au développement économique de notre pays », a-t-il fait savoir.

En savoir plus
>> Fiscalité de l’assurance vie : réforme dans le cadre de la loi bancaire si Hollande est élu