Implanet veut lever jusqu’à 14,5 millions d’euros en Bourse


Eligibles au PEA et au futur PEA PME, les actions de la medtech Implanet sont proposées à un prix unitaire compris entre 6,08 et 7,42 euros dans le cadre de son introduction en Bourse. Objectif de la levée de fonds, financer la croissance jusqu'à l'atteinte de l'équilibre financier prévu en 2016.

Implanet, une nouvelle valeur "medtech" en Bourse

L’introduction en Bourse d’Implanet est prévue le 19 novembre 2013 sur le compartiment C de NYSE Euronext. A cette occasion, la PME bordelaise spécialisée dans la conception et la commercialisation d’implants pour la chirurgie du dos, des hanches et du genou pourrait lever 10 millions d’euros si le milieu de la fourchette indicative de prix est retenu, soit 6,75 euros. Mais la société espère collecter bien davantage auprès des investisseurs institutionnels et individuels lors de la période de souscription à l’augmentation de capital, ouverte jusqu’au 18 novembre.

 

Lever le maximum autorisé

« L’objectif est de lever le maximum prévu soit 14,5 millions d’euros », affirment en chœur Ludovic Lastennet, directeur général d’Implanet, et Jean-Michel Cabriot, directeur du Corporate Finance de DSF Markets, l’un des deux établissements financiers introducteurs de la société avec Oddo & Cie. Cette somme sera réunie si l’opération se réalise en haut de fourchette (comprise entre 6,08 et 7,42 euros par action) et si la demande fait le plein avec un exercice intégral de la clause d’extension et de l’option de surallocation. L’entreprise peut déjà compter sur un engagement ferme de souscription de 6 actionnaires financiers historiques pour un montant de 2 millions d’euros.

 

Ces fonds levés sont destinés à financer le déploiement commercial de la société jusqu’à l’atteinte d’un résultat net à l’équilibre et d’un cash-flow positif, prévus à l’horizon 2016 par les analystes financiers mandatés dans le cadre de l’opération. A cette échéance, Implanet devra avoir triplé son chiffre d’affaires à plus de 20 millions d’euros, contre 6,6 millions en 2012. Pour cela, Implanet entend mettre en œuvre une stratégie claire : prendre des parts de marché à son concurrent américain Zimmer, l’un des leaders mondiaux des implants chirurgicaux, sur le marché de la chirurgie vertébrale.

 

Nouvelle génération d’implants rachidiens

Implanet dispose d’un certain nombre d’atouts pour mener à bien son plan de marché : la PME a recruté une dizaine de managers tous issus des plus grands acteurs des dispositifs orthopédiques tels que Stryker Corporation, Johnson & Johnson, Zimmer, en particulier Régis Le Couedic, directeur de la recherche et développement (R&D). Ce dernier a co-inventé la première génération d’implants de chirurgie du rachis à tresse pour Zimmer. Il s’agit d’un dispositif de traitement des grandes déformations du dos (scolioses) plus correcteur pour le patient et plus rapide à poser pour les chirurgiens donc plus rentable, que les techniques traditionnelles utilisant les vis ou alliant les vis et les crochets. Pour Implanet, le directeur de la R&D a conçu la nouvelle génération d’implants à tresse permettant aux praticiens de réaliser des actes plus précis avec une facilité accrue, appelée Jazz.

 

La société est implantée depuis l’été 2013 aux Etats-Unis, le premier marché mondial, où son produit est déjà homologué depuis fin 2012. Elle doit encore y recruter 6 managers en 2014 et 2015 pour accompagner la croissance, enrichir sa gamme d’implants pour couvrir 95% du marché contre 75% actuellement (ce qui nécessite une homologation de la FDA, l’agence de sécurité sanitaire américaine) et consentir des efforts marketing au travers d’études d’efficacité post-opératoires.

 

Les actions Implanet sont éligibles au PEA (plan d’épargne en actions) et pourront être incluses dans le futur PEA PME. En cas de succès de l’opération, elles porteront le code ISIN FR0010458729 et le code mnémonique (ou ticker) IMPL. Le flottant, représentant la part de titres détenus par le public, sera compris entre 25 et 31% pour une capitalisation boursière de 30 à 40 millions d’euros. Depuis sa création en 2006, Implanet a déjà levé 34,3 millions d’euros au terme de quatre tours de financement successifs.