ING IM privilégie les actions et les matières premières en 2012


ING Investment Management, structure de gestion d'actifs de la banque néerlandaise ING, qualifie 2012 d'année « de l'incertitude » mais également des « challenges ». Les gérants devront faire face à une baisse de la croissance, des rendements plus faibles avec des marchés financiers plus volatils.

placement, ing direct

Légère récession en Europe

Ecartant une sortie de la zone euro pour la Grèce, le scénario de la banque batave pour le Vieux continent prévoit une « légère récession » en 2012 (-0,5%). Dans le détail, Valentijn Van Nieuwenhuijzen, directeur de la stratégie chez ING IM, estime que la « crise de gouvernance européenne aura des conséquences sur l’économie réelle » notamment un resserrement des conditions de crédit. Par ailleurs, le stratège table sur une réduction des taux directeurs de la banque centrale européenne (BCE) sur le premier semestre 2012 à 0,5%.

Selon Valentijn Van Nieuwenhuijzen, la croissance moyenne des pays développés sera « en dessous des niveaux atteints avant 2008 » avec une inflation « volatile mais modérée ».

Surpondération des actions et des matières premières

Valentijn Van Nieuwenhuijzen apprécie pour son allocation d’actifs les matières premières et les actions. A l’inverse, son opinion est neutre sur l’immobilier et les obligations.

Pour le marché actions, le stratège considère que les entreprises affichent de bonnes situations financières avec de fortes marges. Géographiquement, il privilégie les pays émergents et le Japon. Au niveau sectoriel, il est repassé légèrement « positif sur les valeurs cycliques » (versus défensives) notamment sur le secteur des matériaux de base.

Au sein du marché obligataire, le directeur de la stratégie chez ING IM voit tout de même des opportunités d’investissement sur les emprunts privés à haut rendement (obligations high yield) et la dette souveraine des pays émergents.