Inocap lance Quadrige, un fonds actions de PME-ETI innovantes et exportatrices


Inocap, spécialisée dans la gestion de FIP et FCPI, lance son premier OPCVM actions traditionnel, spécialisé sur les small et mid caps à fort contenu technologique. Le fonds devrait bénéficier de l'action du gouvernement en faveur de la création d'un PEA-PME et d'Enternext, nouvelle bourse dédiée aux PME-ETI.

inocap, quadrige, bourdelas

Les frontières entre investissement coté et non coté ne sont pas si étanches que cela. La société de gestion Inocap en apporte la preuve avec le lancement de Quadrige, son premier fonds commun de placement (FCP) en actions éligible au compte d’instruments financiers (CIF), au plan d’épargne en actions (PEA) et à l’assurance vie. L’univers d’investissement de ce nouveau fonds est composé de 90 PME-ETI à caractère innovant, exportatrices, cotées sur les compartiments B et C d’Eurolist, le marché réglementé de la Bourse de Paris, et Alternext, dédié aux valeurs de croissance.


« Expertise de la cote depuis 5 ans et demi »

Opérant depuis sa création fin 2007 dans la gestion de fonds de capital-investissement de type fonds commun de placement dans l’innovation (FCPI) et fonds d’investissement de proximité (FIP), Inocap n’est en fait pas totalement étranger à l’investissement en Bourse. Bien au contraire. « 50% des portefeuilles de nos FCPI lancés entre 2007 et 2012 est investi en sociétés cotées sur le Marché Libre, Alternext et Eurolist C afin de minimiser le risque de ces fonds et les rendre les plus liquides. Nous disposons déjà de l’expertise de la cote depuis 5 ans et demi », souligne Olivier Bourdelas, directeur général et cofondateur d’Inocap.

Pour les connaisseurs des valeurs moyennes, les noms de valeurs comme Thermocompact, EOS Imaging ou Mauna Kea Technologies sont évocateurs de sociétés dans lesquelles les gérants d’Inocap sont habitués à investir. Seule nouveauté pour ces derniers, miser sur des valeurs dont la capitalisation en Bourse est comprise entre 150 millions et 1 milliard d’euros, appelées midcaps. Soient une trentaine de valeurs répondant aux critères d’innovation technologique et de présence à l’international définis par Inocap, que ses gérants ont dû apprendre à connaître depuis quelques mois.

FCP de « convictions »

Pierrick Bauchet, associé gérant d’Inocap, définit Quadrige comme un fonds de « convictions ». « Nous ne voulons pas faire de saupoudrage : un fonds de 50 à 60 valeurs ne nous intéresse pas et bien les suivre tout en long de l’année ne nous paraît pas réaliste. Nous préférons mettre des tickets plus importants dans un nombre plus réduit d’entreprises avec un portefeuille-cible de 20 à 30 positions », explique-t-il. Pour répondre aux exigences de l’AMF, le fonds sera fermé dès l’atteinte d’une collecte de 30 millions d’euros. Inocap ne s’interdira pas alors de lancer un nouveau FCP « peut-être investi dans les medtechs (technologies de la santé, NDLR) ».

 

Hasard du calendrier, le fonds Quadrige est lancé au moment où un écosystème plus favorable à la cotation des PME en Bourse se met en place, quelques semaines après la naissance d’Enternext. Cette nouvelle place de marché lancée fin mai 2013 par NYSE Eunonext cible des entreprises dont la capitalisation boursière est inférieure à 1 milliard d’euros. Le FCP a également vocation à être éligible au futur PEA-PME, poche du PEA dédiée aux PME-ETI qui verra le jour dans le cadre de la loi de finances 2014. De quoi attirer la clientèle des banques privées et des conseils en gestion de patrimoine, soumise depuis le 1er janvier 2013 à une imposition des valeurs détenues sur un compte titres au barème progressif de l’impôt sur le revenu.