Investissements non cotés : les particuliers se détournent des FIP et FCPI


L'Association Française des Investisseurs en Capital (Afic) et le groupe d'audit et de conseil Grant Thornton ont publié leur étude 2011 sur l'activité des acteurs du marché français du capital investissement. En 2011, les capitaux levés ont augmenté de 28% par rapport à 2010 pour atteindre 6,46 milliards d'euros. Cependant, les particuliers investissent de moins en moins.

placement, epargne, fip, fcpi,

« En cette période de crise économique et financière qui se traduit par une raréfaction des capitaux, près de 1.700 entreprises ont été accompagnées par le capital investissement en 2011, un record. Plus de 8 sur 10 sont des PME et 90% sont basées en France. 752 sont de nouvelles entreprises suivies par le capital investissement, qui ont bénéficié des 3/5ème des montants alloués » estiment les deux partenaires. Les capitaux levés progressent de 28% par rapport à 2010 à 6,46 milliards d’euros en 2011, ce niveau ne représente toutefois que la moitié du record de 2008 (12,73 milliards d’euros). Dans le même temps, les entreprises ont investi 9,738 milliards d’euros en 2011. Cet écart est préoccupant selon l’Afic et Grant Thornton qui craignent des problèmes de financement à l’avenir.

Le part du retail diminue

Sur les 6,46 milliards d’euros, le « retail » (investissements par les particuliers) ne représente que 9%, soit 588 millions d’euros contre 922 millions d’euros en 2010 (-36%). Ce fort ralentissement de la collecte s’est notamment opérée sur les fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI) et les fonds d’investissement de proximité (FIP) débouchant sur une réduction d’impôt sur le revenu (IR). Cette baisse des encours collectés est moins importante les FIP et FCPI lié à une réduction de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Cette baisse peut notamment s’expliquer par le coup de rabot sur les niches fiscales qui a diminué les avantages fiscaux de 25% à 22% pour les fonds IR et le plafond de réduction d’impôt de 20.000 à 18.000 euros au titre des fonds ISF. De plus, depuis le 1er janvier 2011, le cumul réduction d’IR et réduction d’ISF pour une même souscription a été supprimé.

Capitaux levés sur les investissements non cotés en millions d’euros
Support Réduction d’impôt 2010 2011
 FIP IR 251 179
ISF 161 115
Total 412 294
FCPI IR 324 194
ISF 102 100
Total 426 294

Sources : Afic et Grant Thornton

Qui sont les principaux souscripteurs ? Les personnes physiques et les family office trustent la première avec 1,249 milliard d’euros levés (incluant les fonds « retail » et les FCPR destinés aux grands investisseurs privés), vient ensuite les fonds de fonds (993 millions d’euros) et les compagnies d’assurances-mutuelles (971 millions d’euros). Par rapport à l’année record en 2008, les capitaux levés par ses trois catégories ont baissé de respectivement de 58%, 32% et 57%. Le plus fort recul provient des banques avec un repli des encours levés de 69%. Les établissements bancaires occupent désormais la quatrième place avec 901 millions d’euros levés.

Capital risque et capital développement

Le capital-risque, qui finance la création d’entreprise et l’innovation, est en « réel danger d’asphyxie » selon l’Afic et Grant Thornton. « Les intentions d’investissement des fonds levés dédiés à ce secteur baissent de 27% par rapport à 2010 qui se situaient déjà à un niveau faible », affirment les deux partenaires précisant que les montants investis en capital risque par les FIP, les FCPR et les FCPI ont chuté de 37% en 2011 soit 180 millions d’euros. En 2011, les particuliers ne représentent désormais plus que 41% des encours levés contre 64% en 2010.

Le capital développement assure le financement des entreprises déjà existantes, plus matures et nécessitant des capitaux propres. En 2011, les encours levés liés à ce type d’investissement ont baissé de 31% pour s’établir à 1,938 milliard d’euros. La part des particuliers a légèrement augmenté et atteint dorénavant 19,7% en 2011 contre 16,3% en 2010. Néanmoins, le montant en valeurs a chuté de 76 millions d’euros.

L’AFIC, Association Française des Investisseurs en Capital, est une association professionnelle spécialisée dans le métier du Capital Investissement et regroupe 98 % des structures implantées en France. L’AFIC fédère, représente et assure la promotion de la profession auprès des investisseurs institutionnels, des entrepreneurs, des leaders d’opinion et des pouvoirs publics.