L’AMF alerte les épargnants sur les gains « virtuels » du Forex


L'Autorité des marchés met une nouvelle fois en garde les épargnants qui se risquent sur une plateforme proposant d'investir sur le marché des changes. Le médiateur de l'AMF rappelle que les gains réalisés sur des sites non agréés par le gendarme de la Bourse sont loin d'être garantis.  

Attention aux gains « virtuels » sur le Forex

L’investissement sur le marché des changes, ou Forex, est très rarement gagnant. Selon l’Autorité des marchés financiers (AMF), il se révèle ainsi perdant dans 89% des cas. Et même lorsqu’un internaute réalise des « trades gagnants », il est loin d’être assuré de récupérer sa mise…

Dans son journal de bord publié le 2 septembre 2015, le médiateur de l’AMF détaille le cas d’un épargnant qui, après avoir versé 800 euros sur une plateforme de Forex, demande le retrait du solde de son compte, soit 950 euros. Dès lors, « tout semble être mis en œuvre pour ralentir la procédure de retrait et en diminuer le montant », souligne Marielle Cohen-Branche sur le site du gendarme de la Bourse. Non content d’avertir l’investisseur que le bonus de 200 euros qui lui avait été attribué lui sera retiré, la plateforme, injoignable par téléphone, précise par mail à l’épargnant que le retrait du solde (750 euros) lui est purement et simplement refusé. En effet, entre temps, une facturation de 200 dollars pour des frais d’inactivité depuis plus d’un an rapporte ce solde à 568 euros, puis à 407 euros, car « des trades seraient toujours en cours ». Ce alors même que l’internaute ne s’est plus connecté à son compte depuis un mois. Coup de grâce, la plateforme informe finalement l’épargnant qu’ « une position de trading a été ouverte récemment et a entraîné la perte de la totalité du solde disponible restant ».

Pas d’agrément de l’AMF

Le médiateur de l’AMF, après avoir vérifié le statut de la plateforme et observé qu’elle n’était pas agréée par ses services, réunit des éléments « accablants » contre le site internet en consultant les copies d’écran de l’investisseur lésé ainsi que ses échanges de mails avec la société. « La plupart des informations délivrées étaient contradictoires et invérifiables », précise-t-il. Fort de ces preuves, le médiateur réussit à obtenir le remboursement intégral de la mise de 800 euros, non sans que la plateforme ait tenté entre temps de négocier auprès de l’épargnant un remboursement partiel (384 euros) l’engageant à renoncer à toute plainte.

L’AMF exhorte par conséquent les épargnants à ne pas se risquer sur le Forex, son médiateur indiquant qu’il ne peut « intervenir utilement qu’à la condition que la société soit agréée et surtout qu’un maximum d’indices matériels aient été conservés ». Et de préciser que « tant qu’ils ne sont pas retirés, les éventuels gains réalisés sur votre compte de trading ne sont que virtuels. N’oubliez pas que l’argent versé à ces sociétés est, quant à lui, bien réel ».

Pour en savoir plus sur le Forex
Placements : le médiateur de l’AMF toujours plus sollicité