L’UFF lance un fonds pour gagner en Bourse (presque) à tous les coups


UFF Euro-Valeur 0-100 est classé parmi les fonds diversifiés. Eligible au PEA, il est pourtant bien investi en actions en cas de hausse des marchés et protégé des baisses par des couvertures sur les marchés à terme. Son originalité : l'absence de demi-mesure avec une exposition totale ou nulle au marché.

UFF Euro-Valeur 0-100, un fonds flexible "on-off" sur la Bourse

L’UFF a-t-elle trouvé la martingale ? Si la banque spécialisée dans la gestion de patrimoine s’en défend, elle a tout de même conçu une solution originale permettant d’éviter d’être exposé aux coups de blues de la Bourse au sein d’un placement en actions éligible au PEA. Tout en profitant des phases de hausse.

Eviter l’exposition à la Bourse quand elle baisse

Le fonds UFF Euro-Valeur 0-100 constitue une réponse aux conditions de marché qui prévalent depuis quinze ans. Un contexte marqué par plusieurs crises financières majeures qui ont battu en brèche le vieux principe selon lequel les actions constituent la classe d’actifs la plus performante sur le long terme. Face à l’incompréhension de clients à juste titre dubitatifs sur l’intérêt de rester investis sur des fonds actions en période de déconfiture boursière, l’UFF a choisi d’en monter un immunisé contre ces accès de faiblesse, ou presque. Une façon de redonner envie d’investir en actions.

« Un gérant [actions] a beau être bon, ses performances sont très affectées dans un marché négatif. Et le temps n’est plus un allié pour investir en actions, relève Thierry Guérillot, responsable de l’offre financière de l’UFF. D’où l’idée de construire quelque chose de différent. Notre cahier des charges était binaire : nous voulions un véhicule collectif en actions investi à 100% quand le marché monte et qui n’est pas exposé quand il baisse. » Etre dans le marché quand il est bull (haussier, NDLR) et ne pas l’être quand il est bear (baissier), le concept consiste en somme à tenter de gagner à tous les coups, quel que soit le contexte boursier.

Un fonds flexible à deux moteurs de performance

Une approche radicale, qui va plus loin que les fonds flexibles traditionnels dont l’exposition aux actions peut osciller de 0 à 100%. Dans le cas du fonds UFF Euro-Valeur 0-100, improprement classé parmi les fonds diversifiés par l’AMF (Autorité des marchés financiers), c’est soit 0, soit 100%. La gestion du on/off utilise les marchés à terme, au travers de contrats futures, soit pour désensibiliser totalement le fonds au risque actions en ramenant son exposition à zéro, soit pour l’exposer intégralement. Pour être éligible au PEA, le fonds est investi dans le fonds Euro Valeur M, un fonds d’actions de la zone euro géré par Aviva Investors. Ce fonds maître sélectionne des titres dont les valorisations sont jugées attractives, après rencontre avec le management qui vient confirmer ou infirmer l’opinion initiale des gérants. Un fonds qui affiche une surperformance de 60% sur 15 ans par rapport à son indice de référence, l’Euro Stoxx Large.

Lorsque la tendance est haussière, UFF Euro-Valeur 0-100 réplique la performance du fonds Euro Valeur M. Lorsque la tendance est baissière, ou que la précédente tendance haussière est invalidée, le portefeuille est protégé. Mieux, il bénéficie de l’alpha, de la surperformance d’Euro Valeur M par rapport à son benchmark (son indice de référence). Euro-Valeur 0-100 bénéficie donc de deux moteurs de performance, l’un quand les conditions de marché sont bonnes et l’autre quand elles le sont moins. Ce qui lui confère un couple rendement risque attractif sur le papier.

Une construction parfaite ? Pas tout à fait. Principal inconvénient : le modèle peut identifier une tendance avec retard et devoir encaisser une baisse violente. La protection ne se déclenche donc pas immédiatement. A l’inverse, il peut passer à côté d’un rebond soudain, l’analyse technique du marché effectuée pour en prendre le pouls n’étant effectuée qu’une fois par mois. Autrement dit, le fonds peut ne pas capter l’intégralité des hausses et accuser des pertes au début d’un coup de grisou. Autre défaut, le modèle peut balbutier lorsque des signaux contradictoires sont constatés, par exemple en période de volatilité des marchés. A ce titre, les back tests (analyses rétrospectives du fonctionnement du fonds, NDLR) réalisés par les gérants se montrent rassurants : en 15 ans, une seule décision erronée a été observée. Enfin les frais ne sont pas les plus compétitifs du marché avec des droits d’entrée de 4% maximum, mais négociables selon votre profil.