La Bourse de Paris encore portée par les matières premières


Le CAC 40 enchaîne une quatrième séance de hausse consécutive, soutenu par les matières premières, malgré un revirement du cours du baril de Brent en fin de séance. L'indice phare de la Bourse de Paris gagne 0,14%, à 1.667,34 points, tiré par ArcelorMittal (+ 6,31%) et Total (+2,24%), mais aussi par le secteur automobile, à l'image de Renault (+6,78%) qui envisage de réduire à moins de 40% sa participation dans son partenaire Nissan.  

Le CAC 40 a de nouveau terminé dans le vert ce mercredi 7 octobre 2015

La valeur du 7 octobre 2015 : Faiveley Transport

L’équipementier ferroviaire a signé un accord définitif avec Wabtec Corporation. Le fabricant de trains et de locomotives américain va acquérir une participation majoritaire dans Faiveley Transport, pour une valeur totale d’entreprise d’environ 1,8 milliard de dollars dette comprise, soit 1,6 milliard d’euros.

Wabtec Corporation doit racheter les titres de la société française auprès de la famille Faiveley pour 25% en numéraire, pour une valeur de 100 euros par action, et pour 75% en échange d’actions préférentielles Wabtec. Le groupe américain créé représentera un chiffre d’affaires annuel de plus de 4 milliards d’euros. La valeur prend 1,69%, à 94,32 euros.

Rexel revoit ses objectifs annuels à la baisse

Le distributeur de matériel électrique pour les professionnels a révisé à la baisse ses objectifs annuels, « en raison de la détérioration des conditions macro-économiques », explique la société dans un communiqué. L’entreprise table désormais sur une baisse organique de ses ventes comprise entre 2 et 3%, contre une diminution d’au maximum 2% auparavant.

Rexel prévoit également de générer une marge d’Ebitda (excédent brut d’exploitation) ajusté comprise entre 4,3 et 4,5% sur l’ensemble de l’année 2015, contre une marge d’au moins 4,8% annoncée en juillet, à l’issue du premier semestre. Le titre cède 0,17%, à 11,74 euros.

Air France – KLM : des suppressions de postes supplémentaires ?

La compagnie aérienne pourrait procéder à 5.000 suppressions de postes en plus de celles annoncées lundi, si la deuxième phase de son plan de restructuration était lancée après 2017, selon le Canard Enchaîné. L’hebdomadaire satirique dit s’appuyer sur « des documents que n’auraient pas dû recevoir certains syndicalistes » dans son édition parue aujourd’hui. Des sources syndicales ont d’ailleurs confirmé cette information à Reuters.

Mais la direction d’Air France l’a démentie, indiquant qu’à ce stade, elle comptait se cantonner aux 2.900 suppressions de postes communiquées lundi, lors du comité central d’entreprise interrompu par des salariés. « Il n’existe aucun plan caché concernant les évolutions d’effectifs en 2018, 2019 et au-delà », a précisé le transporteur. Le cours de l’action Air France – KLM perd 0,75%, à 6,07 euros.

LDC : des ventes semestrielles soutenues par les acquisitions

Le volailler a annoncé un chiffre d’affaires de 1,68 milliard d’euros pour le compte de son premier semestre 2015-2016, en progression de 15,7%. Ses revenus sont soutenus par l’acquisition des activités « volaille » du Groupe Avril en France et le rachat de la société Drop en Pologne. A périmètre constant, la croissance des ventes s’élève à 2,1%.

Dans l’Hexagone, le chiffre d’affaires de LDC ressort à 1,22 milliard d’euros, en hausse de 20,5%, dont 1,7% en organique. Le pôle « traiteur » du propriétaire des marques Le Gaulois, Loué et Marie, enregistre une amélioration de ses ventes de 3,2%, à 245,9 millions d’euros. Le titre grimpe de 0,51%, à 171,42 euros.

Alcatel-Lucent conserve son activité de câbles sous-marins

L’équipementier télécom a décidé de ne pas vendre ses câbles sous-marins et de continuer à les exploiter via une filiale en propriété exclusive (ASN). La société cherchait jusqu’ici un repreneur pour cette activité, dans le cadre de son rapprochement avec le groupe finlandais Nokia.

ASN s’occupe de la maintenance d’environ 900.000 kilomètres de câbles sous-marins. La filiale travaille pour les réseaux de télécommunications traditionnels, mais aussi, de plus en plus, pour les secteurs pétrolier et gazier qui nécessitent des communications très haut débit pour des sites de production offshore. Le cours de Bourse d’Alcatel-Lucent lâche 0,21%, à 3,33 euros.